Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
14.03.2017 à 13 H 57 • Mis à jour le 15.03.2017 à 18 H 08
Par
Commission d'enquête

Aziz Benazzouz défend l’idée du gel de la réforme des retraites

Le président de la commission d’enquête parlementaire sur la Caisse marocaine de retraites (CMR), Aziz Benazzouz. AIC PRESS
L'appel à geler la réforme paramétrique des caisses de retraite est en harmonie avec les recommandations d'un nombre d'institutions nationales, notamment la Cour des comptes et le Conseil économique, social et environnemental (CESE), a indiqué le président de la commission d’enquête parlementaire sur la Caisse marocaine de retraites (CMR)

L’appel à geler la réforme paramétrique des caisses de retraite est en harmonie avec les recommandations d’un nombre d’institutions nationales, notamment la Cour des comptes et le Conseil économique, social et environnemental (CESE), a indiqué le président de la commission d’enquête parlementaire sur la Caisse marocaine de retraites (CMR), Aziz Benazzouz. Mise en place par la Chambre des conseillers, cette commission avait recommandé dans son rapport final, présenté lundi lors d’une séance publique de la Chambre, le gel de la réforme paramétrique et la mise en œuvre des recommandations de la Commission nationale pour la réforme du régime de retraites, visant à engager une réforme globale.


Un coût de la réforme à répartir entre toutes les parties

S’exprimant dans une déclaration à la MAP, Benazzouz a appelé à reprendre les négociations avec les partenaires sociaux en vue d’étudier une version adéquate qui permettra de traiter les déséquilibres auxquels font face les Caisses de retraite, notant que le coût de la réforme « devrait être pris en charge par toutes les parties prenantes ». Il a également fait savoir qu’après avoir mis le point sur la situation de la CMR, il a été conclu que l’État est redevable à la Caisse, signalant que les sommes dépensées par la Caisse ne sont pas encore comptées, notamment celles relatives aux Systèmes des retraites civiles.


Le président de la commission d’enquête parlementaire a souligné, par ailleurs, la nécessité de récupérer ces sommes avec des intérêts, notant que la récupération de cet argent « aurait épargné la réforme paramétrique menée en 2016 au détriment des adhérents ».


La Chambre des conseillers avait décidé en août dernier la création d’une commission d’enquête parlementaire consacrée à la CMR, présidée par Aziz Benazzouz, du Parti authenticité et modernité (PAM), en charge d’examiner la situation financière de la Caisse. Cette commission consacrée à la CMR est la 2ème commission créée par la Chambre depuis le dernier mandat législatif, après la Commission d’enquête parlementaire sur l’Office de commercialisation et d’export (OCE) présidée par Hakim Benchamach, président de la Chambre des conseillers.