Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
18.03.2017 à 13 H 27 • Mis à jour le 18.03.2017 à 14 H 07
Par
Politique

En conclave à Salé, le PJD montre un front uni face à l’adversité

18 mars 2017. Les principaux dirigeants du PJD en communion sur l’estrade du Congrès national extraordianire de Maâmora. PJD
Réuni en session extraordinaire au centre Moulay Rachid de Maâmora ce samedi 18 mars, le Congrès national du parti islamiste a démontré sa discipline après la décision de Mohammed VI de remplacer Abdelilah Benkirane par son n°2, Saadeddine El Otmani, à la tête du gouvernement

Une session extraordinaire du Congrès national du PJD s’est ouverte ce samedi 18 mars au Centre Moulay Rachid de Maâmora en banlieue de Salé afin de prendre les décisions nécessaires et interagir positivement à la décision royale de nommer une autre personnalité politique au sein du parti pour réactiver le processus de formation d’un nouveau gouvernement dans un cadre institutionnel démocratique, avait affirmé en substance dans un communiqué le parti de la lampe au soir du débarquement de Abdelilah Benkirane de ses fonctions de chef de gouvernement désigné.


Lire aussi : Le PJD choisit de maintenir son cap malgré la perte de son leader


Le roi Mohammed VI n’a pas reçu Benkirane pour lui signifier sa chute. Il a en revanche pris les devants dès hier, vendredi 17 mars, pour lui nommer un remplaçant en la personne de Saadeddine El Otmani, 61 ans, n°2 du parti depuis 2008, après une brève audience au Palais royal de Casablanca.


Le PJD n’a pas pour autant annulé son conclave programmé ce matin au complexe Moulay Rachid de Salé. Les premières images diffusées par les canaux de communication du parti islamiste montrent une formation unie autour de son secrétaire général.


Abdelilah Benkirane et Saadeddine El Otmani se donnant l'accolade. PJD


Benkirane et El Otmani ont échangé accolades et sourires de circonstance devant les médias, alors que leurs partisans ont chauffé la salle sur le rythme de chansons et d’hymnes à la gloire du parti.


Lire aussi : Avec El Otmani, Mohammed VI tourne la page de l’ère Benkirane


« La chose est simple et normale. Sa Majesté le roi m’a nommé, Sa Majesté m’a dessaisi, que dieu l’en récompense. Le sujet est clos par rapport à cette affaire. Notre Seigneur a décidé de nommer quelqu’un d’autre du parti. Nous avons décidé d’interagir positivement. Il l’a nommé hier. Nous allons discuter de tout ca. Clap de fin. On me demande si j’ai féliciter El Otmani, ce n’est pas une question à poser. Nous nous sommes faits l’accolade. Je lui ai souhaité toute la réussite. Et si je peux l’aider, je le ferai avec tous les moyens dont je dispose. Clap de fin », a déclaré Abdelilah Benkirane en marge de la réunion.


Abdelilah Benkirane, SG du PJD déclarant à la presse que sa participation au gouvernement est finie. PJD


En réponse à la presse qui l’a assailli de questions, Benkirane, sourire aux lèvres, a simplement affirmé : « Abdelilah Benkirane, concernant le gouvernement, est fini ! ».



Pour ce qui est de Saadeddine El Otmani, celui ci plus réservé comme à son habitude, a dit :  « Ma nomination par le roi a été pour moi une surprise. Et pour tout surpris, c’est un ahurissement…(…) Et jusqu’à présent, je n’ai aucune vision pour débuter les consultations. Je vais écouter mon parti et très prochainement nous allons l’élaborer ».