Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
18.05.2017 à 16 H 10 • Mis à jour le 18.05.2017 à 16 H 50
Par
Sahara

Après l’Afrique du Sud, Panama bloque à son tour un navire affrété par l’OCP

Et de deux. Après un premier navire destiné à la Nouvelle-Zélande saisi en Afrique du Sud, un second phosphatier appartenant à une compagnie maritime danoise transportant une cargaison de l’OCP en route vers le port de Vancouver au Canada a été bloqué à son tour lors de son passage par le canal de Panama

Le navire danois Ultra Innovation transportant du phosphate (env. 50 000 tonnes),  probablement destiné à la société canadienne Agrium, a été arrêté la nuit dernière en vertu d’une ordonnance du tribunal lors du transit du canal de Panama à destination du port de Vancouver sur la côte-est du Canada, rapporte le site Western Sahara Ressources Watch, proche du Polisario.


Le navire appartient à la société de transport danoise Ultrabulk, le plus grand transporteur de phosphates dans le monde.


Le navire Ultra Innovation affrété par l'OCP dans la rade de Vancouver en juin 2016. Photo Rick Voice - WSRW


C’est le second incident du même type répertorié en moins de trois semaines après celui ayant occasionné la saisie conservatoire de la cargaison du NM Cherry Blossom en Afrique du Sud. C’est d’ailleurs ce 18 mai, qu’une audience est programmée au tribunal maritime de Port Elizabeth, pour statuer sur le sort des 54 000 tonnes de phosphates que transportait le navire battant pavillon des Iles Marshall pour un client de l’OCP en Nouvelle-Zélande.


Les navires d’Ultrabulk ont représenté environ un tiers des expéditions vers Agrium depuis que la société a annoncé en septembre 2011 qu’elle commencerait à importer du phosphate du Maroc, précise WSRW.


M’hamed Khaddad, membre du Front Polisario, a déclaré que cette opération est en ligne avec la politique désormais prise par son mouvement d’agir sur le plan des juridictions internationales depuis l’arrêt pris par la Cour de justice européenne sur la question de la territorialité dans le cadre des accords Maroc-UE.