Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.01.2018 à 15 H 35 • Mis à jour le 09.01.2018 à 19 H 48
Par
Social

Affaire de la ferme royale : les preuves qui contredisent le ministre Yatim

Sit in des ouvrières des Arômes du Maroc devant la préfecture de Khemissat organisé le 4/10/2017. La banderole rappelle la session de négociation syndicale avec la direction de l’entreprise sous l’égide du ministère de l’Emploi le 12/4/2017. FNSA-UMT
A travers un communiqué officiel, le ministre de l’Emploi a catégoriquement nié que son département avait été alerté des conditions de travail illégales imposées aux ouvrières et ouvriers agricoles de la ferme royale de Mâaziz. La FNSA-UMT produit des documents qui attestent du contraire

Dans un communiqué daté du 5 janvier dont Le Desk a obtenu copie, la Fédération nationale du secteur agricole (FNSA) atteste de la véracité des conditions de travail illégales imposées aux ouvriers et ouvrières de la ferme royale de Maâziz rapportées dans le rapport du syndicat mondial La Via Campesina et objet de notre article daté du 30 décembre 2017.


La FNSA-UMT confirme qu’à maintes reprises, et des mois durant, celle-ci a alerté par écrit les autorités locales ainsi que les services dépendant du département de Mohamed Yatim de la situation qui prévaut dans l’exploitation agricole de la société Les Arômes du Maroc, filiale des Domaines agricoles, soulignant de plus qu’elle avait organisé des piquets de protestation légale, que ce soit devant les locaux de la direction de l’entreprise que devant la wilaya de Khemisset.


Communiqué de la FNSA-UMT du 5 janvier 2017.


Ces manifestations, contrairement à ce qu’a prétendu Mohamed Yatim à travers le communiqué de son ministère daté du 3 janvier par lequel il nie tout contact entre ses services et les représentant syndicaux en qualifiant par conséquent le sujet « d’affaire sans objet », avaient pourtant abouti à l’ouverture de négociations officielles et documentées sous l’égide de la direction provinciale du ministère de l’Emploi à Khemisset.


Lettre datée du 5 octobre de la FNSA-UMT à l'inspecteur du travail de Khemisset attestant de réunions tripartites relatives à la situation des ouvrières et ouvriers de la ferme royale de Mâaziz.


Pour appuyer ses dires, la FNSA-UMT produit une copie des PV détaillant les accords conclus avec la direction des Arômes du Maroc selon lesquels la société s’engageait à délivrer des cartes de travail aux ouvrières et ouvriers agricoles au plus tard le 15 novembre 2017, à établir un document attestant de leur ancienneté et à respecter scrupuleusement le versement du salaire minimum agricole garanti (SMAG), conformément à la loi. Des promesses qui n’ont jamais été tenues.


Copie du PV établi le 12 avril 2017 sous l'égide du ministère de l'Emploi.


Le Desk a obtenu copie du PV établi le 12 avril 2017 par la direction provinciale du ministère de l’Emploi à Khemisset, portant notamment signature de Abderrahim Ouyahia, responsable de la ferme royale de Maâziz, et du PV établi le 4 octobre 2017 par la wilaya de Khemisset, représentée par Abdelhai El Ouardi, caid de Tiddas et paraphé par Salaheddine Lakhel, inspecteur du travail en charge de la réglementation sociale du secteur agricole, par le gérant de la ferme royale, Abderrahim Ouyahia, et par des représentants syndicaux et des travailleurs. Des sessions de dialogue qui contredisent formellement les déclarations de Mohamed Yatim.


PV du 4 octobre 2017 tenu sous l'égide de la wilaya de Khemisset


La FNSA-UMT s’étonne ainsi des déclarations de Mohamed Yatim à la presse et du contenu du communiqué officiel de son département qui « au lieu d’annoncer l’ouverture d’une enquête sur la situation des ouvrières et ouvriers agricoles de cette ferme et de toutes les exploitations gérées par Les Domaines agricoles ou par d’autres privés, se sont contentés de désengager le ministre de l’Emploi du fait d’avoir publié l’article du Desk via ses comptes personnels sur les réseaux sociaux ».