Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
29.03.2018 à 22 H 50 • Mis à jour le 30.03.2018 à 14 H 30
Par
Enquête - Partie 7

Le Pedovex, interdit dans son pays d’origine, en vente au Maroc

Le Pedovex, interdit en Arabie Saoudite, son pays d’origine est en vente libre au Maroc. LE DESK
Médicament administré à des patients souffrant de maladies du cœur, le Pedovex a été interdit en Arabie Saoudite, pays d’origine de ce générique du Clopidogrel, mais aussi en Tunisie. Au Maroc, le laboratoire Zenith Pharma qui le fabrique sous licence du Saoudien Tabuk, continue de le commercialiser : le ministère de la Santé étant aux abonnés absents…

La gestion gouvernementale du secteur de la santé au Maroc et particulièrement celui des médicaments inquiète les professionnels et le grand public pour autant de sujets que Le Desk a décrits dans son enquête en série, notamment sur ses incapacités constatées à offrir une veille sanitaire adéquate.


Dernier scandale que nous révélons, celui du Pedovex, un antiagrégant plaquettaire, fabriqué par le laboratoire Zenith Pharma, sous licence du génériqueur saoudien Tabuk Pharmaceutical Mfg. Co.


Le Pedovex, fabriqué sous licence saoudienne au Maroc, bénéficie toujours d'une autorisation de mise sur le marché. LE DESK


Ce médicament sous forme de comprimés dont le nom commercial saoudien Pedovex correspond à sa dénomination commune internationale (DCI), le Clopidogrel, est indiqué chez les patients adultes souffrant d’un récent infarctus du myocarde, d’un accident vasculaire cérébral ischémique ou d’une artériopathie oblitérante des membres inférieurs établie. Il est prescrit aussi aux patients adultes souffrant d’un syndrome coronaire aigu, ceux traités médicalement et éligibles à un traitement thrombolytique ou souffrant de fibrillation auriculaire.


Le clopidogrel est commercialisé en tant que spécialité princeps par le laboratoire Sanofi en Europe, et par le laboratoire Bristol-Myers-Squibb en Amérique, notamment aux Etats-Unis.


Cependant, son générique saoudien, le Pedovex, a été retiré du marché le 29 décembre 2017 par décision de la Saudi Food and Drug Authority (SFDA), l’autorité sanitaire du royaume saoudien, dont Le Desk a obtenu copie. La raison ? Celui-ci ne satisfait pas aux critères de bio-équivalence au principe actif de référence. En clair, les essais protocolisés réalisés sur le générique fabriqué par Tabuk ont conclu à son inefficience, voire à sa dangerosité.


Décision de retrait du Pedovex par la SFDA en date du 29 décembre 2017


La décision a été immédiatement rendue publique sur le site internet de la SFDA. Conséquence, l’autorité sanitaire tunisienne lui a emboité le pas le 26 février 2018, en procédant à la suspension de son autorisation de mise sur le marché (AMM) et en ordonnant le retrait de tous les lots en circulation. Idem pour les Emirats arabes unis… 


Décision du ministère de la santé tunisien d'annuler l'AMM du Pedovex et de retirer le médicament du marché


Pourtant, au Maroc, le laboratoire Zenith Pharma –  dirigé par l’influent politique Hamid Ouahbi –  qui le fabrique dans son unité d’Inezgane près d’Agadir sur la base de la recette de Tabuk, continue de le commercialiser, la Direction du médicament et de la pharmacie (DMP), dirigée par le très controversé Dr. Omar Bouazza, étant à ce jour aux abonnés absents, soit trois mois après le couperet saoudien. Peut-on imaginer que ni le fabricant sous licence, ni l’autorité de contrôle étatique n’aient été alertés de la décision ?



Toujours est-il que le Pedovex est indiqué comme disponible en deux boites (de 10 et de 30 comprimés pelliculés) sur le site Medicament.ma.


Le Pedovex est toujours disponible à la vente au Maroc. Prise d'écran du site Medicament.ma le 29 mars 2018


Pour nous assurer de sa disponibilité en pharmacie, le site spécialisé précisant que « certains médicaments peuvent figurer sur la base Medicament.ma et ne pas être disponibles sur le marché marocain », dans plusieurs situations, dont « une décision d’arrêt du produit par le laboratoire qui nous n’a pas été communiquée », nous nous sommes procurés une boite de 30 comprimés dans une pharmacie de la région de Casablanca ce 29 mars, dont nous reproduisons la facture d’achat.


Facture établie à l'achat d'une boite de Pedovex dans la région de Casablanca le 29 mars 2018


Le cas du Pedovex renvoie irrémédiablement à la problématique des fameuses AMM à l’importation et de la désorganisation inquiétante du dispositif national de sécurité sanitaire. Cœur du système de santé, la Direction du médicament et de la pharmacie (DMP) et son Laboratoire national du contrôle des médicaments (LNCM) sont de nouveau interpellés.


Disclaimer : Ni le ministère de la Santé, ni le fabricant n’étaient joignables à la mise en ligne de cet article.


Lire aussi les six précédents volets de l’enquête  :

Partie-1 :  La grenade dégoupillée de l’industrie pharmaceutique nationale

Partie-2 : La grande arnaque des « labos fantômes »  (plus En Off : « Labos fantômes » : Anas Doukkali réagit à l’enquête du Desk)

Partie-3 : La lente agonie de la veille sanitaire marocaine

Partie-4 : Santé : des « Assises du médicament » pour enfumer le débat

Partie-5 : « Assises du médicament » : chronique d’un fiasco annoncé

Partie-6 : Omar Bouazza : l’homme clé de la Santé accusé de racket