En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
09.02.2018 à 00 H 17 • Mis à jour le 09.02.2018 à 00 H 17
Par
Santé publique

« Labos fantômes »: Anas Doukkali réagit à l’enquête du Desk

Suite à l’enquête à tiroirs enclenchée par Le Desk sur la situation inquiétante de l’industrie pharmaceutique, notamment son second volet consacré aux « laboratoires fantômes », (d’autres épisodes suivront), le nouveau ministre de la Santé, Anas Doukkali aurait, selon Assabah, (qui ne cite par Le Desk, mais qui reprend l’essentiel de nos révélations), ordonné à la direction du médicament (DMP) que toute la lumière soit faite sur les autorisations illégales délivrées sous le mandat d’El Houcine Louardi permettant à des intérêts étrangers de s’installer au Maroc et d’importer massivement des médicaments pour la plupart déjà produits localement et dans des conditions tarifaires avantageuses pour les nouveaux entrants. Doukkali envisagerait, selon la même source, d’annuler certains sésames accordés, notamment des autorisations de mise sur le marché (AMM) et des autorisations temporaires (ATU) de génériques commercialisés en violation des dispositions légales en vigueur.


L'article d'Assabah lourdement inspiré de l'enquête du Desk


L’affaire aux allures de scandale d’Etat prend donc une tournure politique critique d’autant que deux parlementaires (Mustapha El Ibrahimi du PJD et Hassan Oukacha du RNI) ont, selon nos sources, pris à bras le corps ce dossier explosif. Le premier avait été le rapporteur en 2015 d’un rapport d’enquête d’une mission parlementaire dont Le Desk détient copie, qui avait déjà constaté nombre d’abus dans le secteur et qui était resté, contre toute attente, lettre morte.


Certains industriels estiment que les relents de ce dossier rappellent en tous points le scandale qui éclabousse le laboratoire Novartis en Grèce, accusé d’avoir corrompu des hommes politiques pour se tailler une part de marché indue dans le pays. A suivre donc.

Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu