Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.04.2018 à 22 H 31 • Mis à jour le 19.04.2018 à 22 H 37
Par
Nations Unies

Sahara: le porte-parole de l’ONU rappelle que Tifariti et Bir Lahlou ne se trouvent pas dans la zone tampon

Stephane Dujarric, porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies. REUTERS
Stéphane Dujarric a rappelé dans sa réponse à une question posée lors du point de presse du 19 avril, que les localités sous contrôle du Polisario ne se trouvent pas à l’intérieur de la « buffer zone » de 5 kilomètres de large à l’est du mur de défense marocain

Lors de son briefing quotidien à la presse du 19 avril, le porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies, Stéphane Dujarric a rappelé dans sa réponse à une question posée, que les localités sous contrôle du Polisario ne se trouvent pas à l’intérieur de la « buffer zone » de 5 kilomètres de large à l’est du mur de défense marocain. Cette bande instituée par l’ONU après ratification de l’Accord militaire n°1 entre le Maroc et le Polisario dans le cadre du cessez-le-feu déclaré en 1991 devant demeurer strictement inviolable par le Polisario.


« Nous pouvons dire que ni la localité de Bir Lahlou ni celle de Tifariti ne se trouvent dans la zone tampon », a-t-il déclaré.


Depuis la reprise des tensions entre le royaume et le Front Polisario, plusieurs commentateurs, y compris officiels, ont parlé d’incursions dans cette zone exclusive. Rabat, par la voix de sa diplomatie conteste cependant les velléités du Polisario a vouloir s’installer durablement dans la l’ensemble de la région dans le but de modifier, selon elle, le statut de toute la partie du Sahara Occidental située au-delà du berm, soit près d’un tiers du territoire.



La situation est différente dans le périmètre de Guerguerat où la zone tampon est limitrophe de la frontière avec la Mauritanie. Là, les éléments du Polisario ont effectivement violé cette bande exclusive lorsqu’ils ont pénétré en armes jusqu’au corridor routier reliant Bir Gandouz au poste frontière mauritanien que le Maroc avait décidé de goudronner unilatéralement.


Extrait du compte-rendu à la presse de Stéphane Dujarric, porte parole de l'ONU ce jeudi 19 avril


Dans un autre registre, « en ce qui concerne les réunions avec le Front Polisario : depuis l’arrivée, fin décembre 2017, du représentant spécial du Secrétaire général, Colin Stewart, la Minurso a préféré suivre la pratique de longue date consistant à tenir de telles réunions à Rabouni, en Algérie », a déclaré Dujarric.


« La mission et M. Stewart demeurent en contact étroit avec le coordonnateur du Polisario et se sont rencontrés de manière informelle à l’extérieur de la zone de la mission », a-t-il ajouté.


Le porte-parole de l’ONU a révélé par ailleurs que « la Minurso a informé le Conseil de Sécurité que, le 16 mars, à proximité du site de l’équipe de Tifariti, des observateurs militaires de la Minurso en service ont été arrêtés par des membres armés du Front Polisario, tirant des coups de feu en l’air. Après une brève discussion, les observateurs ont été autorisés à reprendre leur patrouille. Le commandant local du Front Polisario a par la suite condamné l’action non autorisée des soldats impliqués et a indiqué que des mesures disciplinaires seront prises ».

 

Lire aussi : Le Polisario intercepte une patrouille de la Minurso après des tirs de sommation