Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
05.08.2018 à 12 H 13 • Mis à jour le 05.08.2018 à 17 H 00
Par et
Economie

Emploi, éducation, croissance: le constat alarmant de Ahmed Lahlimi

Ahmed Lahlimi, Haut commissaire au plan. . DAVID RODRIGUES / LE DESK
Dans un entretien accordé à l’agence Reuters, le Haut commissaire au Plan brosse un tableau sombre de la situation de l’emploi des jeunes, pointant particulièrement l’échec du système éducatif et relevant particulièement la carence en terme de croissance. Il estime que depuis près de deux décennies, les inégalités sociales ne font que se creuser

Un diplômé universitaire marocain sur trois ne peut pas trouver d’emploi en raison de la croissance économique lente, du sous-investissement et d’un système éducatif qui ne développe pas les compétences employables, a déclaré le chef de la planification du royaume dans un entretien à Reuters.


Le Maroc a évité les soulèvements qui ont bouleversé une grande partie du monde arabe en 2011, mais des manifestations provoquées par la pauvreté et le chômage ont éclaté plus récemment dans certaines régions négligées, a commenté l’agence.


Le roi Mohammed VI a limogé le ministre de l’économie et des finances, a annoncé mercredi le Cabinet royal, trois jours après avoir exhorté les autorités à prendre des mesures pour résoudre les problèmes économiques et sociaux, notamment les maigres investissements.


« Au cours des cinq dernières années, une moyenne de 60 000 personnes ont obtenu leur diplôme chaque année dans les établissements d’enseignement supérieur marocains, dont 20 000 ne trouvent pas d’emploi », a déclaré à Reuters, Ahmed Lahlimi, Haut Commissaire au Plan.


Une croissance de l’économie trop lente selon Lahlimi

Lahlimi a déclaré que le taux de chômage est tombé à 9,1 % au deuxième trimestre de 2018, contre 9,3 % à la même période en 2017, mais que cette baisse était largement attribuable au secteur agricole après des pluies abondantes.


Sur la base de la future production agricole probable, la croissance du PIB devrait ralentir à 2,9 % en 2019, contre 3,1 % prévus cette année, a indiqué Lahlimi. L’agriculture représente 15 % du PIB.


« Avec une croissance aussi lente, le Maroc ne fait pas assez pour réduire de manière significative le chômage et combler les disparités sociales. L’impact de la croissance sur la création d’emplois a continué de diminuer depuis 2000 ».


Le système éducatif doit être amélioré, de la maternelle à l’université, a-t-il déclaré. « L’éducation est l’échelle sociale qui pourrait sortir les gens de la pauvreté, réduire les disparités et lutter contre les inégalités sociales. »


La formation professionnelle est essentielle, mais continue d’attirer des étudiants largement en échec. « (Il) devrait attirer des personnes motivées à faire des emplois qui répondent aux besoins du marché du travail, parallèlement aux progrès technologiques », a déclaré Lahlimi.


Le Maroc a attiré ces dernières années des investissements dans les énergies renouvelables, le secteur automobile, l’aéronautique et le tourisme, mais de nombreux jeunes ont encore du mal à trouver un emploi, ajoute Reuters.


« Le Maroc doit renforcer la compétitivité de son tissu économique, notamment les petites et moyennes entreprises », a déclaré Lahlimi.


La hausse des exportations, a-t-il déclaré, ne reflète pas la réalité de la dépendance du Maroc à l’égard des importations qui pèsent sur la balance commerciale. Les plus grandes industries exportatrices, telles que le secteur automobile, dépendent largement des pièces importées.


« Cela a un impact supplémentaire sur le financement et l’aggravation du déficit commercial », a-t-il déclaré.


Le déficit s’est creusé de 7,8 % à 100,832 milliards de dirhams (10,64 milliards de dollars) au cours des six premiers mois de 2018 par rapport à la même période de l’année dernière, avec l’automobile en tête des exportations.


Lahlimi a également déclaré que le Maroc avait enregistré une récolte exceptionnelle de 10,3 millions de tonnes de céréales cette année, mais prévoit en 2019 une récolte inférieure à celle de 2017 et 2018, a-t-il déclaré.


« Nous ne pouvons avoir qu’une image claire de la campagne agricole de janvier », a déclaré Lahlimi.


Lire aussi : Jouahri devant le roi : « le Maroc a besoin d’un sursaut »