Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
05.08.2018 à 20 H 37 • Mis à jour le 05.08.2018 à 20 H 37
Par
Football

Sepp Blatter: le Qatar a triché pour accueillir la Coupe du monde

Blatter en 2010 annonçant l’attribution du Mondial 2022 au Qatar. FIFA
Le Suisse de 82 ans, suspendu de toute activité liée au football pour une durée de six ans, a mis en cause son ancien protégé Michel Platini et l'ex-président de la République Nicolas Sarkozy

L’ancien président de la FIFA, Sepp Blatter, a affirmé que ses collègues du comité exécutif (Exco) membres de l’instance mondiale du football avaient ignoré le fait que le Qatar n’était pas en mesure d’accueillir une Coupe du monde.


Le Sunday Times, qui a re-publié ce dimanche un article d’enquête sur les opérations occultes menées par Doha pour s’assurer de l’organisation de la Coupe du monde 2022, rapporte que Blatter allègue que la victoire du Qatar résulte d’une « combinaison de collusion et de pressions politiques » exercée sur Michel Platini, ancienne gloire du football français et membre d’Exco.


Le journal britannique rapporte que les affirmations sont extraites du livre Ma Vérité récemment publié par Blatter. Le contenu est en défense du règne de 17 ans de Blatter à la tête de la FIFA, « qui s’est terminé par une interdiction de six ans du football ».


Personne n’a lu le rapport d’inspection… 

Il poursuit en disant que parce qu’ils avaient tous déjà pris leur décision, « personne » parmi les membres d’Exco, a lu le rapport d’inspection détaillé sur les pays candidats, car ils avaient tous déjà pris leur décision. « Si nous les avions lus attentivement, nous aurions vu que la Coupe du monde ne pouvait pas être jouée au Qatar », a-t-il écrit. Le comité exécutif a été remplacé par le conseil de la FIFA en 2016


Blatter affirme que Platini l’avait appelé pour lui dire qu’il avait été pressé de changer de voix lors d’un déjeuner en 2010 avec le président français Nicolas Sarkozy et le cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, aujourd’hui émir du Qatar. Cette affirmation « a toujours été démentie par Platini », souligne le Sunday Times.


Blatter a ajouté : « Je ne sais pas et je ne veux pas savoir s’il y a un lien entre la Coupe du monde au Qatar et ce qui s’est passé ensuite. »



L’ex- président de la FIFA note toutefois que Doha « a dépensé des milliards d’euros en France pour un contrat d’avion et pour l’achat du club de football du Paris Saint-Germain ».


Des anciens agents de la CIA à la manoeuvre… 

Le journal britannique affirme que le comité d’organisation du Qatar a notamment payé une équipe de relations publiques ainsi que d’anciens agents de la CIA pour diffuser de « fausses promesses » concernant ses principaux rivaux, l’Australie et les Etats-Unis, lors de leur campagne pour la compétition 2022.


La stratégie du Qatar était de recruter des individus influents afin d’attaquer les offres dans leurs pays d’origine, donnant l’impression qu’il n’y avait « aucun soutien » pour accueillir la Coupe du Monde parmi la population, selon le journal.


L’un des principaux critères pris en compte par FIFA, organe directeur du football mondial, est que les offres devraient bénéficier d’un fort soutien des populations locales.


Les candidats au Mondial 2002 avaient pour interdiction de faire « toute déclaration écrite ou orale de toute nature, que ce soit défavorable ou non, sur les offres ou les candidatures de toute autre association membre » en vertu des lignes directrices de la FIFA.


Mais selon le Sunday Times, un e-mail, que le journal indique avoir obtenu par un lanceur d’alerte qui a travaillé avec la candidature du Qatar, a été envoyé au directeur adjoint des offres du Qatar, Ali al-Thawadi, et montre que l’Etat était au courant des complots visant à « empoisonner » les autres candidats.


Le Qatar, qui avait obtenu d’organiser le tournoi à la surprise générale fin 2010, a tout nié en bloc. Dans un communiqué, le comité d’organisation a déclaré « démentir toutes les accusations formulées par le Sunday Times ». « Il y a eu une enquête et nous avons fourni toutes les informations relatives à notre candidature (… ) Nous avons respecté scrupuleusement toutes les règles de la FIFA », a avancé le comité.


La FIFA de son côté a affirmé dans un communiqué qu’une enquête « rigoureuse » avait été conduite par Michael Garcia sur les conditions d’attribution des Mondiaux 2018 et 2022, respectivement à la Russie et au Qatar, et que « ses conclusions étaient consultables dans un rapport ».


Garcia avait démissionné du poste de président de la chambre d’enquête de la commission d’éthique de l’organisation mondiale du football car il contestait la synthèse rédigée par la FIFA à partir de son rapport.


Lire aussi : Le Maroc candidat au Mondial 2030 avec l’appui du Qatar