Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.10.2018 à 00 H 19 • Mis à jour le 19.10.2018 à 14 H 30
Par
Hacking

Oncf.tk, le Wikileaks des retards de trains mis en ligne

Rabie Khlie, Directeur général de l’ONCF. (ONCF)
Un lanceur d’alerte anonyme vient de mettre en ligne un site internet interactif permettant de suivre en direct les retards enregistrés par tous les trains en circulation au Maroc. L’auteur du leak explique qu’il a pu percer le système informatique sophistiqué de l’ONCF pour en extraire des données alarmantes. La fuite renseigne sur la piètre qualité de service du rail marocain tout juste endeuillé par l’accident tragique de Bouknadel

Comme annoncé par Le Desk, le site interactif qui traque la ponctualité de l’ensemble des trains de l’ONCF en circulation a été mis en ligne ce soir. Il est consultable en version beta à l’adresse suivante oncf.tk.


Dans une vidéo diffusée sur YouTube, son concepteur explique, à travers un modulateur de voix qui lui assure son anonymat, avoir extrait les données du système de suivi interne à l’ONCF « de très haute technologie, comme au Japon » qui enregistre les dépassement d’horaires « à la seconde », pour les restituer sur une interface numérique qu’il met à la disposition du public en accès libre.


« J’ai découvert une faille dans le système informatique de l’ONCF et j’ai commencé en toute discrétion à aspirer les données relatives aux retards des trains », explique le hacker qui avance que depuis sept mois, il a compilé ainsi plus de 370 000 notifications de retard. « Ce que j’ai trouvé fait froid dans le dos », dit-il.


Jusqu’à 80 % des trains au Maroc accusent des retards

La quasi-totalité des trains au Maroc « arrivent avec des retards conséquents » de l’ordre de 60 à 80 %. En clair, explique le lanceur d’alerte « pour chaque train qui arrive à sa destination à l’heure, deux autres sont en retard ».


A titre d’illustration, il montre que la gare de Benguerir (gare de transit de voyageurs sur l’axe Casablanca-Marrakech et de triage pour les trains phosphatiers de l’OCP) enregistre des retards systématiques (100 %). La liaison longue distance avec la ville d’Oujda dans l’Oriental a enregistré un retard de plus de cinq heures, pointe-il.


Données extraites de la BDD de l'ONCF. LE DESK


Point noir de l’ONCF, les retards ont toujours constitué un problème majeur pour les usagers, notamment ces dernières années en raison des travaux de réfection et de mise à niveau de certains tronçons, et surtout des budgets alloués essentiellement au projet de la ligne grande vitesse Tanger-Casablanca dont la réalisation a duré plus de dix ans.


En sus de ces retards, c’est aussi le manque d’informations communiquées aux voyageurs qui constitue une tare rédhibitoire de l’ONCF.



La vidéo rappelle les manifestations récurrentes des voyageurs, qui excédés par les retards des trains, mais aussi par les pannes intempestives en rase campagne, ont parfois fait obstruction à leur passage forçant les autorités à déployer les forces de l’ordre pour rétablir le trafic.


Sit-in, pétitions, manifestations dans les gares n’auront pas été entendus par la direction de l’Office puisque la situation ne s’est pas améliorée à ce jour, comme on peut le constater à travers l’outil désormais consultable par tous.


Un appel à la reddition des comptes pour Rabie Khlie

Le lanceur d’alerte a ainsi lié la piètre qualité de service de l’ONCF à l’accident survenu le 16 octobre à Bouknadel occasionnant 7 morts et des dizaines de blessés. Il appelle à une reddition des comptes et donc à la responsabilité directe du directeur général de l’ONCF, Mohamed Rabie Khlie.


« A-t-il été à ce point aveuglé par le projet du TGV ? N’a-t-il jamais entendu les plaintes des usagers ? N’a-t-il jamais vu les vidéos de protestation ? », s’interroge-t-il, avant de lancer, « mais que signifie la responsabilité ? ».


En guise de réponse, le hacker a diffusé un extrait du discours du roi Mohammed VI, l’un des plus sévères de son règne, prononcé le 29 juillet 2017, qui fait référence à l’alinéa 2 de l’article 1er de la Constitution en application d’un principe de gouvernance, celui de la corrélation entre les fonctions publiques et la reddition des comptes.


« La notion de responsabilité a-t-elle encore un sens, si celui qui en est dépositaire perd de vue son exigence la plus élémentaire, à savoir la nécessité d’être à l’écoute des préoccupations des citoyens ? (…) N’ont-ils pas honte, ces responsables qui n’accomplissent pas leur devoir alors qu’ils ont prêté serment devant Dieu, la Patrie et le Roi ? Ne conviendrait-il pas de destituer tout responsable à chaque fois qu’on établit une négligence ou un manquement de sa part dans l’exercice de ses fonctions ? (…) Le temps est venu de rendre ce principe pleinement opérationnel. En effet, tout comme la loi s’applique à tous les Marocains, elle doit s’imposer en premier lieu à tous les responsables, sans exception ni distinction, à l’échelle de tout le Royaume. », avait affirmé le souverain.


La vidéo se conclut avec le hashtag #Baraka (ça suffit).


Disclaimer : Le lanceur d’alerte a finalement désactivé la récupération des données en live par mesure de sécurité.