Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
11.02.2019 à 17 H 19 • Mis à jour le 11.02.2019 à 17 H 19
Par
Terrorisme

Kevin Z. est-il vraiment un des terroristes d’Imlil ? La presse suisse s’interroge

L’Hispano-Suisse s’est radicalisé à Genève avant de rallier le Maroc, selon le BCIJ. 24H/RS
Converti à l’islam qui s’est radicalisé à Genève, selon Abdelhak Khiame, patron du BCIJ, Kevin Z., impliqué dans le double meurtre des touristes scandinaves, prévoyait selon l’accusation, d’autres actions terroristes au Maroc visant des cibles sécuritaires et des touristes. Une contre-enquête du Temps.ch, basée sur des témoignages et des faits contradictoires, met en doute cette version…

Entre Genève et Marrakech, LeTemps.ch a enquêté sur le profil de Kevin Z., citoyen suisse détenant également la nationalité espagnole. Celui-ci a été arrêté par les autorités marocaines, en décembre dernier, dans le cadre de la cellule démantelée par le BCIJ ayant eu un lien avec le drame d’Imlil où deux touristes scandinaves ont été tuées. Pour LeTemps.ch, le profil du citoyen suisse, d’après les témoignages de sa femme, cadre très mal avec celui évoqué par le BCIJ, avec à sa tête Abdelhak Khiame. Prenant à témoin la femme de Kevin Z., le média suisse parle « d’une erreur judiciaire ou, pire, d’une machination », s’appuyant sur « les contradictions entre les faits reprochés et ce qu’elle sait de l’emploi du temps de son mari », peut-on lire. Explications de la femme de Kevin.


Selon les révélations du LeTemps.ch, dans la nuit du 16 décembre, date à laquelle les deux touristes ont été tuées, Kevin « ne se trouvait pas au Maroc au moment des faits, mais en Suisse », ajoutant que l’épouse de Kevin, nommée Fatima, a conservé « réservations, quittances et reçus qui attestent des dates de leur voyage vers la Suisse ». « Nous sommes partis une semaine à Genève, juste avant Noël, pour y retrouver ma belle-mère, chez qui nous habitons. S’il avait trempé dans une affaire criminelle, il n’avait aucune raison de rentrer au Maroc pour risquer de se faire arrêter », témoigne la femme du Suisse âgé de 25 ans.

 

Une passion pour paintball et non les armes

Au-delà des chefs d’accusation portés à l’encontre de Kevin Z. par la justice marocaine, le BCIJ reproche au jeune suisse d’avoir « entraîné les quatre terroristes au maniement des armes, leur aurait fourni la messagerie cryptée Telegram, et aurait tenté de recruter pour la bande des ressortissants subsahariens », peut-on lire. En guise de défense, LeTemps.ch avance qu’on « parlerait plutôt de paintball. Quant aux nouvelles recrues, il s’agirait d’un ami camerounais. Enfin, Telegram est facilement accessible à tous », note le journaliste.


Selon les informations du média, Kevin serait loin d’être un amateur d’armes réelles. Il est plutôt question de paintball, jeu auquel le jeune suisse s’adonne très souvent, vers les environs de Marrakech. Un employé cité par LeTemps.ch décrit Kevin comme « un client comme les autres, régulier, mais sans plus ». Toujours en citant le club en question, il est précisé que la police n’a pas mené d’enquête sur place, alors même que c’est dans ce club où Kevin Z. se rendait souvent avec son oncle, sa sœur, un meilleur ami suisse et Ramad, un copain camerounais. Parmi ses autres compagnons, on retrouve également Abdessamad Ejjoud, « l’homme par lequel les problèmes arrivent » et qui est accusé par les autorités d’être le chef de la bande d’Imlil.


Une ancienne « mauvaise fréquentation »

Comment les deux individus se sont connus ? LeTemps.ch précise qu’il ne s’agit que d’une ancienne fréquentation, rapidement devenue mauvaise et rencontrée alors que Kevin Z. fréquentait une mosquée dans les environs de Marrakech, à Chrifia. L’imam, aujourd’hui derrière les barreaux, aurait servi d’intermédiaire entre les deux personnes


Ramad, le copain camerounais de Kevin Z. est également interviewé par le journaliste suisse. Le BCIJ suspectait le citoyen suisse de vouloir recruter des Subsahariens pour Daech, en l’occurrence Ramad. Qu’en pense celui-ci ? « Absurde », le Camerounais n’étant même pas musulman, mais plutôt chrétien. Les deux personnes se sont rencontrées en raison de leur passion commune : le football.


Néanmoins, selon la défense de Kevin Z., l’affaire devrait rapidement avoir un dénouement en faveur du citoyen helvète, en raison du profil ne cadrant pas avec les accusations du BCIJ. Quant à la Suisse, la police fédérale mènerait déjà une enquête. Fatima, l’épouse de Kevin, aurait été interrogée, même chose pour la famille de Kevin Z.