Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
30.03.2019 à 17 H 22 • Mis à jour le 30.03.2019 à 18 H 39
Par
Moyen-Orient

Mohammed VI et le pape François signent un appel pour la paix de Jérusalem

Le Pape François et le roi du Maroc lors de la signature de leur appel conjoint pour Jérusalem. VN
Les deux chefs d'État appellent à «conserver» et «promouvoir le caractère spécifique multi-religieux, la dimension spirituelle et l'identité culturelle particulière de Jérusalem». Selon le texte signé par les deux chefs d'Etat, la Ville sainte devrait être « un lieu de rencontre et de symbole de coexistence pacifique, où se cultivent le respect réciproque et le dialogue ».

À l’occasion de la visite papale au Maroc, le Pape François arrivé cet après-midi à Rabat a signé, avec Mohammed VI, un appel pour la paix de Jérusalem. Selon le texte signé par les deux chefs d’Etat, la Ville sainte devrait être « un lieu de rencontre et de symbole de coexistence pacifique, où se cultivent le respect réciproque et le dialogue ».


Les deux parties ont annoncé : « Nous pensons important de préserver la Ville saine de Jérusalem / al Qods Acharif comme patrimoine commun de l’humanité », pour préciser « par-dessus tout pour les fidèles des trois religions monothéistes, comme lieu de rencontre et symbole de coexistence pacifique, où se cultivent le respect réciproque et le dialogue ».


Le roi et le pape ont également souhaité que soient « conservés et promus le caractère scientifique multi-religieux, la dimension spirituelle et l’identité culturelle de Jérusalem ». Ils demandent par ailleurs que « soient pleinement garantis la pleine liberté d’accès aux fidèles des trois religions monothéistes et le droit de chacun d’y exercer son propre culte, pour un avenir de paix et de fraternité sur la terre ».


Cet appel fait suite à une rencontre tenue quelques jours avant la visite papale, où Mohammed VI avait également signé une déclaration conjointe avec le roi de Jordanie, Abdallah II, pour cette fois-ci dénoncer la décision d’Israël d’annexer le plateau de Golan. Selon un communiqué des deux parties, lu par le chef de la diplomatie marocaine à la presse, l’occupation d’Israël est « illégitime et nulle », précisant que « le plateau du Golan est un territoire syrien occupé ».


Le communiqué avait également rappelé que cette décision est une violation des résolutions de la légitimité internationale et en particulier celles du Conseil de sécurité de l’ONU. Les rois avaient également annoncé « leur soutien au peuple palestinien et sa lutte pour recouvrer tous ses droits légitimes et établir un Etat indépendant sur la base des frontières de 1967 avec comme capitale Jérusalem-Est conformément aux résolutions internationales, à l’initiative arabe pour la paix et la solution à deux Etats ».