Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.05.2019 à 05 H 12 • Mis à jour le 19.05.2019 à 13 H 02
Par
Attentat

L’ex-garde du corps de Hassan II victime d’une tentative d’assassinat ?

Mohamed Mediouri (visage cerclé) aux côtés du roi Hassan II, de Mohammed VI, alors prince héritier et de Moulay Rachid, le 3 mars 1999. GETTY IMAGES
Mohamed Mediouri, 81 ans, ancien chef de la sécurité du Palais et ex-bodyguard attitré du défunt roi Hassan II, a échappé par miracle une attaque perpétrée par des hommes en armes à Marrakech ont rapporté des médias semi-officiels. Une enquête a été ouverte par la PJ locale. La DGSN n’a pas pour sa part confirmé ces informations

Haj Mohamed Mediouri, ancien chef du Département de protection royale et garde du corps personnel du roi Hassan II, aurait échappé vendredi 17 mai à « une tentative d’assassinat » perpétrée par des assaillants munis d’armes à feu, ont annoncé plusieurs médias semi-officiels, dont Barlamane et Le360 , citant « des témoins oculaires » et « des sources concordantes ».

 

Le grave incident se serait produit aux abords de la mosquée Al Anwar située sur l’avenue Allal Fassi à Marrakech, alors que Mediouri descendait de voiture pour effectuer la prière du vendredi.


Au moins sept individus, dont trois armés de pistolets au poing sont arrivés sur les lieux de l’attaque à bord de deux véhicules, précisent les mêmes sources.


Plusieurs tirs ont alors éclaté en direction de la voiture de l’officier de police à la retraite qui a cependant réussi « miraculeusement » à « éviter une mort certaine », alors que son chauffeur a été « grièvement blessé » par les projectiles.


Immédiatement après les faits, et alors que les assaillants ont pris la fuite à bord de leurs véhicules, Mediouri s’est alors rendu directement à la Préfecture de police pour signaler l’attaque et porter plainte.


La PJ de Marrakech a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de cet attentat. La Direction de la sûreté nationale (DGSN) n’a pas fait, à cette date, état de ces informations.


Dans une toute autre affaire datant de 2012 mettant aussi en scène un des « men in black » du Palais, le commissaire principal Souleïm Abdellah Saïdi, l’un des gardes du corps de Mohammed VI, avait été tué par balles dans son appartement du quartier Hassan à Rabat par de supposées cambrioleurs dans des circonstances jamais révélées au public.


Le disciple du garde du corps de De Gaulle… 

Né à Casablanca en 1938, Mohammed Mediouri a débuté sa carrière en tant qu’agent au sein de la Compagnie marocaine d’intervention (CMI), la division anti-émeute de la police marocaine.


Après les attentats visant le roi Hassan II en 1971 et 1972, Hassan II avait entamé une refonte complète de sa sécurité rapprochée. Il avait alors engagé Raymond Sassia, ancien garde du corps du président français Charles de Gaulle, pour former une nouvelle équipe de sécurité rapprochée, comme l’avait rapporté le journaliste Ignace Dalle dans son ouvrage Hassan II entre tradition et absolutisme (Fayard, 2011).


Sassia avait alors intégré Mediouri, entre autres, à ce nouveau service de bodyguards pour ses qualités de tireur aguerri. Son disciple l’avait alors remplacé en tant que chef de la sécurité du palais royal.


En dehors de ses fonctions officielles, il était président du club de football Kawkab Marrakech et de la Fédération royale marocaine d’athlétisme.


Après la mort de Hassan II en juillet 1999, Mediouri s’était installé en France auprès de la princesse Lalla Latifa et vivait ainsi entre Paris et Marrakech, sa ville de prédilection. Il a été déchargé de toutes ses fonctions officielles par le roi Mohammed VI en mai 2000.


Engagé dans le monde associatif, l’ancien pilier de la sécurité royale était également impliqué dans les affaires : il était notamment réputé pour être le distributeur exclusif de la marque Motorola au Maroc, fournisseur des forces sécuritaires en matériel de télécommunications.