Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
23.07.2019 à 12 H 01 • Mis à jour le 23.07.2019 à 13 H 00
Par
Polémique

Réélection houleuse d’Ahizoune la tête de la fédération d’athlétisme

Abdeslam Ahizoune faisant face à Hicham El Guerrouj. Capture vidéo
Comme prévu, Ahizoune rempile pour un quatrième mandat à la tête de l’athlétisme marocain. Son principal adversaire, l’ex-champion des pistes Hicham El Guerrouj, qualifie son élection « d’illégale »…

Ce lundi, au terme d’un assemblée générale houleuse, le patron de Maroc Telecom a été réélu pour un 4ème mandat au poste de président de la Fédération royale marocaine d’athlétisme (FRMA). Le président a obtenu 43 des 44 suffrages exprimés, tandis que près de 18 votants se sont abstenus et ne se sont pas présentés.


Abdeslam Ahizoune est sujet à plusieurs critiques, quant à sa gestion de la Fédération, mais aussi en raison de « l’illégalité » de son quatrième mandat. Principal adversaire, et seul candidat en lice contre lui, l’ancien champion des pistes, Hicham El Guerrouj, qui critique la réélection de celui qui dirige la FRMA depuis décembre 2006. En cause, la possibilité pour Ahizoune de se présenter à un quatrième mandat, alors que la loi 30-09 relative aux Fédérations sportives n’en permet que deux.


Dans son article 23, la loi 30-09 précise cependant qu’il y a des exceptions à l’interdiction de se représenter au-delà du deuxième mandat. La première est : «  lorsque son poste dans l’un des organes exécutifs d’une fédération ou d’une union internationale est lié à son poste dans la fédération concernée », mais aussi « lorsque sa présidence de la fédération concernée est liée à un intérêt national suprême ».


Devant les journalistes, El Guerrouj a qualifié la réélection de Ahizoune de « honte ». « Ahizoune n’a pas le droit de se présenter pour un nouveau mandat. Il est là depuis 2006. Ce qui est arrivé lors de l’assemblée générale est un scandale qui nuit à l’image de l’athlétisme marocain », a-t-il martelé.


Ahizoune, quant à lui demeure droit dans ses bottes. « L’assemblée générale s’est déroulée normalement, grâce aux différentes personnes qui ont pu participer », a affirmé le patron de Maroc Telecom à la presse. Il qualifie sa réélection de « démocratique », « même s’il n’y a eu qu’une presque unanimité », allusion faite à Hicham El Guerrouj, bien solitaire et ayant voulu défier sans succès le parrain de l’athlétisme au Maroc.