Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
11.11.2019 à 17 H 34 • Mis à jour le 11.11.2019 à 17 H 34
Par
Hydrocarbures

Le Maroc futur acteur mondial du stockage de pétrole stratégique ?

Aziz Rabbah, ministre de l’Énergie, des mines et du développement durable. ©MOHAMED DRISSI KAMILI / LE DESK
Aziz Rabbah a annoncé lors de l’ADIPEC d’Abu Dhabi que le Maroc ambitionne de se positionner comme lieu d’installation de stockage de pétrole stratégique qui sera utilisé pour sécuriser le marché international du pétrole. Le ministre de l’énergie a déclaré que le Maroc avait en outre besoin d'une telle installation pour faire face à l'instabilité fréquente du marché pétrolier

Le Maroc a le potentiel pour devenir le lieu idéal pour une nouvelle installation de stockage de pétrole stratégique qui sera utilisée pour sécuriser le marché international du pétrole, a déclaré Aziz Rabbah, ministre de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement.


« Cette initiative concerne toutes les autorités responsables de l’énergie et les agences internationales en discutent. Je pense qu’il s’agit d’une priorité en termes de sécurisation du marché international de disposer d’un stockage stratégique. Certains États pourraient constituer une très bonne plate-forme. pour le stockage, comme le Maroc, car nous avons une position stratégique », a déclaré Rabbah en marge du salon international du pétrole et de la conférence d’Abou Dhabi 2019 (ADIPEC 2019).


Lors de la session ministérielle de la conférence, qui a eu lieu plus tôt dans la journée, le ministre a déclaré que le Maroc avait besoin d’une telle installation pour faire face à l’instabilité fréquente du marché pétrolier.  Dans ce sens, le Maroc est en mesure de revenir à un régime de change plus flexible dès les premiers signes d’un choc externe, tel qu’une flambée des prix du pétrole, avait déclaré à Bloomberg le gouverneur de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri.


« En ce qui concerne notre marché national, nous sommes très dépendants, car nous importons presque toute la quantité de pétrole et de gaz dont nous avons besoin …  Alors chaque fois qu’il y a une perturbation ou un problème, notre marché national est impacté …  C’est une contrainte mais aussi une opportunité …  Nous avons rencontré d’autres ministres de l’énergie il y a quelque temps et nous avons parlé de ce que nous appelons un stockage stratégique décentralisé dans les zones de meilleure sécurité », a-t-il déclaré.


Selon le ministère de l’énergie, les infrastructures devront s’accélérer avec le plan national de développement de plateformes logistiques relatives au stockage, à la distribution et au transport des combustibles énergétiques (produits pétroliers, charbon, gaz). Ce plan est en cours d’élaboration en concertation avec l’Agence marocaine de développement de la logistique (AMDL) et les opérateurs du secteur.


1,5 milliards de dirhams à investir d’ici 2021

D’ici à 2021, les opérateurs privés envisagent d’investir 1,5 milliard de dirhams pour renforcer les infrastructures de stockage et de réception des produits pétroliers. Ces investissements concernent la réalisation d’une capacité additionnelle de 404 800 mètres cubes, soit une augmentation de 32 % par rapport à la capacité existante pour les produits pétroliers liquides. Actuellement, les capacités de stockage permettent des réserves d’environ 45 jours, dont 15 circonscrits aux stocks d’exploitation. Ce qui signifie que le stock de sécurité couvre à peine 30 jours, loin donc des 60 jours stipulés par la loi.


Selon Rabbah, les nouveaux investissements, prévus les prochaines années, permettront d’améliorer le stock de sécurité de 15 jours, soit à 45 jours. Le ministère travaille actuellement sur « l’incitation et l’accompagnement » de ces acteurs pour mener à bien les projets, en particulier sur le volet d’octroi des autorisations nécessaires ainsi que la coordination avec les départements concernés pour accélérer les procédures liés à leur réalisation.


À noter que le marché national est approvisionné totalement à partir de l’importation des produits pétroliers raffinés par 11 sociétés importatrices. Ces dernières disposent de terminaux de stockage reliés aux différents ports du pays, essentiellement Tanger Med, Mohammedia, Jorf Lasfar, Nador, Agadir, Laâyoune et Dakhla.


Selon les dernières données rendues publiques par le ministère, les capacités de stockage détenues par les sociétés de distribution pétrolières s’élèvent à 1,3 million de m3, dont 93 % reliées aux ports.


À l’exception du supercarburant, les autres produits enregistrent un déficit en capacité de stockage. En effet, environ 166 000 m3 concernent le supercarburant, représentant 66 jours de consommation. Pour le gasoil, les capacités s’élèvent à 919 000 m3, soit 48 jours, alors que pour le carburéacteur, elles se situent à 109 000 m3, l’équivalent de 45 jours. S’agissant du fuel-oil, la capacité de stockage est limitée à 94 000 m3, soit 19 jours.


ADIPEC 2019 a ouvert ses portes lundi et durera jusqu’à jeudi. L’événement est devenue l’un des rendez-vous les plus importants pour le commerce et l’échange d’informations entre les industries pétrolière et gazière. Il attire des ministres de l’énergie et des PDG de sociétés énergétiques mondiales du monde entier.


Lire aussi  : Raffinerie russe à Nador, simple effet d’annonce sans lendemain ?