Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
15.11.2019 à 14 H 54 • Mis à jour le 15.11.2019 à 14 H 54
Par
Gestion d'actifs

Saham Group en négociation avancée avec l’Américain BlackRock ?

Moulay Hafid Elalamy. © MOHAMED DRISSI KAMILI / LE DESK
Saham Group qui planche sur sa transformation en fonds d’investissement depuis la cession au sud-africain Sanlam de sa branche assurances serait, selon nos informations, en pourparlers avancés avec BlackRock, le plus important gestionnaire d'actifs au monde. Objectif de l’alliance : mobiliser pas moins de 5 milliards de dollars à investir au Maroc et sur le continent africain

Selon nos informations, Saham Group est en négociation avancée avec l’Américain BlackRock, fondé à New York en 1988, pour la création d’un fonds commun de gestion d’actifs au Maroc et au-delà en Afrique.


Ce fonds, inédit au Maroc, devrait selon nos sources, être capé à 5 milliards de dollars, 4 milliards apportés par BlackRock, le plus important gestionnaire d’actifs au monde qui brasse plus de 7 000 milliards de dollars d’encours en gestion et le fameux milliard engrangé par Saham Group après la cession controversée de sa branche assurances au sud africain Sanlam.


Contacté par Le Desk, Moulay Hafid Elalamy (MHE), fondateur du groupe et par ailleurs ministre de l’Industrie et du commerce est demeuré évasif : « Je ne suis pas au courant » a-t-il simplement répondu, sans pour autant démentir formellement l’information.


Depuis l’opération Saham Assurances-Sanlam, la question demeurait posée sur les intentions de MHE qui disposait dès lors de 1,03 milliard de dollars en cash.


L’idée de se transformer en un fonds d’investissement trottait dans la tête du top management « depuis un moment », affirmait à Médias24 au lendemain de l’annonce du deal avec Sanlam, son fils Moulay Mhammed Elalamy, désormais pilote de la mutation de la holding familiale,. « Réinvestir, c’est ce que nous savons faire de mieux avec une capacité d’exécution inégalée », ajoutait-t-il.


Ce méga fond, assurent nos sources, devrait se décliner en plusieurs compartiments sectoriels adaptés à l’organisation de Saham Group : finance, éducation, immobilier, agro-business, services externalisés, énergie et infrastructures. Il devrait, outre ses investissements au Maroc, porter l’ambition panafricaine toujours intacte du groupe marocain.


« Avec ce levier, Saham Group pourra faire ses emplettes avec une aisance hors pair et se conformer à l’appel du souverain qui a incité les grands groupes à s’investir davantage au Maroc et dans la zone de soft power du royaume en Afrique », commente-t-on. Avec l’appui de BlackRock, se serait aussi une porte d’entrée très lucrative sur les marchés cibles « que ce soit en prises de participations qu’en terme de fees ». BlackRock Frontiers Investment Fund plc est par ailleurs déjà présent dans Douja Promotion (Groupe Addoha) pour environ 1,3 millions de dollars au 30 juin 2019.


Dans ce contexte, les visées attribuées à MHE sur la BMCE Bank qui flirte avec ses ratios prudentiels, ne sont pas à écarter. Le milieu de la finance avait évoqué une offre récente déposée pour prendre pied dans le tour de table de la banque aux côtés de CIH Bank et épaulé en cela par la Caisse de dépôt et de gestion (CDG). Un épisode qui avait mené à une hostilité ouverte avec Othman Benjelloun.


Saham Group prépare par ailleurs l’installation de son nouveau siège sur les hauteurs du quartier huppé d’Anfa Supérieur à Casablanca. MHE y fait construire un nouvel écrin pour ses activités « qui fait jaser le voisinage » sur un terrain de 3 000 m2 situé en face de la célèbre villa Ewerth (villa camembert). Celui-ci, acquis auprès de Alami Lazrak du groupe immobilier Alliance, abritait auparavant les dépendances de la propriété du défunt prince saoudien Sultan Ibn Abdelaziz.