Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
27.07.2020 à 00 H 25 • Mis à jour le 27.07.2020 à 01 H 17
Par
Aïd al-Adha

Chaos sur les routes et dans les gares après l’annonce du lockdown de huit villes

Les gares routières prises d’assaut après l’annonce du lockdown de 8 villes au Maroc. AIC PRESS
Dès ce dimanche minuit, les déplacements depuis et vers Fès, Casablanca, Tanger ou Marrakech, sont interdits, en raison du regain de l’épidémie. La décision tombée quelques heures avant a provoqué un chaos indescriptible sur les routes et une ruée vers les gares routières et ferroviaires provoquant embouteillages, accidents de la circulation et cohues

Quelques heures ont suffi, après l’annonce un peu avant 19 heures ce 26 juillet de la décision des autorités de restreindre l’accès et le départ depuis 8 villes pour qu’un véritable chaos s’installe sur les routes et dans les gares du pays. Sont concernées Tanger, Tétouan, Fès, Meknès, Casablanca, Berrechid, Settat et Marrakech, avec un effet dès minuit. Les autorités brandissent la menace de « mesures répressives rigoureuses », en cas de non-respect de cet interdit.


Les ministères de l’Intérieur et de la Santé ont indiqué avoir pris cette décision en « tenant compte de la hausse considérable, ces derniers jours, des cas de contamination au Covid-19 » et agir « dans le cadre du renforcement des mesures prises pour lutter contre la propagation de cette pandémie ». Ils déplorent aussi le « non-respect par la majorité des citoyens des mesures de prévention, en l’occurrence la distanciation sociale, le port du masque, l’usage des désinfectants, malgré leur disponibilité en grande quantité dans les marchés »



D’innombrables publications d’internautes mais aussi des retransmissions lives de certains sites d’information  montrent que des voyageurs se sont précipités dès l’annonce de l’imminence du lockdown pour rejoindre au plus vite leurs domiciles ou leurs proches, à la veille de la célébration de l’Aid al-Adha.




Exemple parmi d’autres, la gare routière de Oulad Ziane, une des principales de Casablanca a été littéralement prise d’assaut par les voyageurs avec des rassemblements sans précédents. Idem pour la gare ferroviaire de Ain Sebaa qui a été encerclée par les agents de police afin d’éviter tout débordement.




Des voyageurs dans une gare routière de Casablanca. AIC PRESS


Quelques accidents de circulation ont été déclarés dont certaines images ont été largement diffusées sur les réseaux sociaux.


Il est à noter qu’habituellement, en toute période pré-Aïd al-Adha, on assiste à une intensification des déplacements des citoyens se rendant chez leurs proches pour les festivités. Cette période était, comme le soulignaient le chef du gouvernement et le ministre de la Santé, déjà crainte par l’exécutif. La décision de fermer l’accès à certaines villes dès ce 26 juillet, ne laissant que quelques heures pour les voyageurs pour se préparer, n’a fait qu’intensifier les mouvements de foule et affoler ceux qui prévoyaient de se déplacer durant cette période.


Dans une gare routière à Casablanca. AIC PRESS


Cette mesure d’interdiction comporte toutefois des exceptions. Les personnes nécessitant « des besoins médicaux urgents » ou celles « travaillant dans les secteurs public et privé munies d’ordres de mission délivrés par leurs responsables » pourront se déplacer « à condition d’obtenir une autorisation spéciale de déplacement délivrée par les autorités locales », précise le communiqué. Les déplacements liés au transport de marchandise et de denrées alimentaires ne sont pas non plus affectés par ces interdictions.


Déjà jeudi, le Maroc avait décidé de prohiber les déplacements hors de la ville de Tanger pendant l’Aïd al-Adha, fête marquée par des regroupements familiaux à travers le pays. Dimanche dernier, Saadeddine El Otmani, à la tête de l’exécutif, avait aussi demandé à la population de limiter ses déplacements pendant l’Aïd afin de « célébrer la fête sans danger et sans contamination ». Si la région de Tanger concentre le plus de contaminations au Maroc, d’autres foyers de contamination sont à déplorer dans le Royaume, notamment dans les zones industrielles.


Lire aussi : Au Maroc, le spectre du reconfinement dans tous les esprits