Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.01.2021 à 18 H 03 • Mis à jour le 19.01.2021 à 18 H 03
Par
Covid-19

Face aux Conseillers, El Otmani «garde espoir» sur l’arrivage «prochain» du vaccin…

Saâdeddine El Otmani, chef du gouvernement. Montage: MOHAMED DRISSI KAMILI / LE DESK
L’intervention du Chef du gouvernement devant la Deuxième chambre n’a apporté aucune information nouvelle sur le démarrage hypothétique de la campagne de vaccination contre le coronavirus. Saâdeddine El Otmani, très chahuté par les élus, a avoué que l’Exécutif n’avait aucune date à fournir sur l’arrivée d’un vaccin, qu’il soit chinois ou indien…

Interpellé ce mardi à plusieurs reprises par les Conseillers à la Deuxième chambre du Parlement, le Chef du gouvernement, Saâdeddine El Otmani s’est montré incapable de préciser une date pour le démarrage de la campagne de vaccination anti-Covid-19.


Attendu au tournant alors que l’opinion publique commence à s’impatienter, El Otmani s’est contenté de répéter que son gouvernement est « totalement prêt » du point de vue logistique, humain et financier, tout en martelant que son Exécutif « garde espoir de recevoir prochainement les vaccins ».


En guise d’explication au retard accusé par le Maroc sur le calendrier avancé depuis plusieurs semaines, El Otmani a assuré que « c’est normal, les pays producteurs doivent d’abord assurer leurs arrières avant de pouvoir exporter, comme c’était le cas pour le Maroc avec les masques ». Plusieurs Conseillers, dont notamment Abdeslam Lebbar, président du groupe de l’Istiqlal, ont reproché à El Otmani l’insuffisance de la communication de son gouvernement, particulièrement le département de la Santé dirigé par Khalid Aït Taleb. Des carences personnifiées par le chef du gouvernement lui-même qui a répété à plusieurs reprises le chiffre de « 65 millions de vaccins commandés par le Maroc auprès de Sinopharm et AstraZeneca », qui ne concorde pas avec celui annoncé par son ministre de la Santé lors d’une interview accordée à 2M (66 millions de doses). Ce dernier l’a même repris en direct sur son erreur que le Chef du gouvernement a étonnamment minimisée.


« Affligeant qu’un écart d’un million de doses soit ainsi pris à la légère ! », a commenté un député syndicaliste au Desk, dont le groupe a d’ailleurs quitté avec fracas l’assemblée en raison de la réduction du temps de parole octroyée aux élus lors de cette séance qui a vu l’absence remarquée du président de la Deuxième chambre, Hakim Benchamach.



Fidèle à lui-même, le Chef du gouvernement a également regretté la prolifération de « fake news » et de « rumeurs infondées » autour d’un « quelconque désaccord au sein du comité chargé de la stratégie de vaccination ». Pourtant, il a lui-même déclaré devant les Conseillers que les vaccins AstraZeneca commandés par le Royaume sont « fabriqués par le laboratoire R-Pharm en Inde ». Une assertion fausse, ces injections étant manufacturées par le laboratoire indien Serum Institute of India…


Selon nos sources, l’impréparation d’El Otmani qui a réservé le plus clair de son temps de parole à dérouler un exposé scolaire sur les étapes logistiques de l’hypothétique vaccination viendrait du fait que cette audition avait été programmée alors que le gouvernement était persuadé d’obtenir un premier lot de vaccins en provenance d’Inde.


Selon Reuters citant des sources gouvernementales indiennes, New Delhi débutera ses exportations de vaccins Covishield (AstraZeneca) dès mercredi.


Les premiers lots d’exportations seront réservés, comme révélé plus tôt, aux pays limitrophes, le Bhoutan étant en haut de la liste.


Deux millions de doses du vaccin développé par AstraZeneca et l’Université d’Oxford et fabriqué par le Serum Institute of India (SII), seront également expédiées par vol spécial au Bangladesh jeudi 21 janvier « à titre gracieux », ont indiqué les responsables indiens en charge des approvisionnements.


Pour le moment, le Maroc n’est encore que dans une phase de « pourparlers » avait indiqué plus tôt le laboratoire indien.