Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.01.2021 à 10 H 13 • Mis à jour le 19.01.2021 à 10 H 15
Par
Algérie

Importantes manoeuvres militaires algériennes à Tindouf au prétexte d’une «menace extérieure»

Le chef d’Etat major algérien Chengrila lors de manoeuvres militaires près de Tindouf. ANP
L’armée algérienne a rendu publics hier ses exercices militaires aéroterrestres effectués dans la région de Tindouf dimanche et lundi, non loin de la frontière marocaine. Une démonstration de force voulue comme une réponse à des « manoeuvres étrangères visant à la déstabiliser» selon ses généraux qui adoptent envers Rabat un discours belliqueux depuis les accords conclus par le royaume avec les Etats-Unis et Israël

L’armée algérienne a procédé à d’importantes manœuvres aéro-terrestres non loin de Tindouf, refuge du Front Polisario au sud est du pays, selon des images de la télévision publique algérienne diffusées lundi soir et un communiqué abondamment illustré.

 


Cet exercice, baptisé Al Hazm 2021 (« Résolution » 2021) s’est déroulé dimanche et lundi sous la supervision du chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), le général Saïd Chanegriha. Pendant près d’un quart d’heure, la télévision a montré un exercice tactique à tirs réels de missiles, dont la dernière version du missile antichar russe Kornet. Seul armement non russe en démonstration, l’armée algérienne a pour la première fois exhibé un avion américain de reconnaissance électronique Beechcraft 1900 MMSA-Hissar.


Ces exercices « s’inscrivent dans le cadre de l’évaluation de la première phase du programme de préparation au combat au titre de l’année 2020-2021 », selon le communiqué du ministère de la Défense. Ils ont « pour objectif de développer l’expérience au combat », a déclaré le général Chanegriha dans un discours aux accents belliqueux.



Évoquant l’instabilité régionale, le chef d’état-major a souligné que l’Algérie « mérite que son armée soit constamment à la hauteur des enjeux auxquels elle fait face aujourd’hui, et qu’elle demeure éternellement libre, souveraine et tenace face aux ennemis d’hier et d’aujourd’hui ».



L’Algérie, plus grand pays d’Afrique, a plus de 6 500 km de frontières avec sept pays, dont certains sont en proie à des conflits. Alliée du Front Polisario qui contexte au Maroc sa souveraineté sur le territoire du Sahara Occidental, Alger a vivement dénoncé des « manœuvres étrangères » visant à la «  déstabiliser » et pointé du doigt Israël, après l’accord trilatéral conclu par le royaume avec les Etats-Unis et l’Etat hébreu.