logo du site ledesk
Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
02.11.2022 à 18 H 09 • Mis à jour le 02.11.2022 à 18 H 11
Par
Sahara

William Ruto démet de ses fonctions le n°2 de la diplomatie kényane pro-Polisario

William Ruto recevant Nasser Bourita à Nairobi. Crédit: Présidence kényane.
Le président kényan a nommé ce mardi le juriste Korir Sing’Oei au poste de secrétaire principal aux Affaires étrangères, remplaçant ainsi Macharia Kamau qui l’avait contredit lors de l’« affaire du tweet » annonçant le retrait par Nairobi de la reconnaissance de la ‘RASD’

Le président kényan, William Ruto, a nommé ce mardi le juriste Korir Sing’Oei au poste de secrétaire principal aux Affaires étrangères, remplaçant ainsi Macharia Kamau, auteur du recadrage de la diplomatie de Nairobi lors de l’« affaire du tweet » controversé de Ruto sur la question du Sahara occidental.


Avocat de profession, Korir Sing’Oei occupait auparavant le poste de conseiller légal de William Ruto lorsque celui-ci siégeait comme vice-président de son prédécesseur Uhuru Kenyatta. Sing’Oei officiait également comme patron de l’Open Government Partnership - un partenariat multilatéral visant à promouvoir un gouvernement ouvert via le numérique et les nouvelles technologies - dans son pays. Il se trouve d’ailleurs actuellement au Maroc, où il représente Nairobi à la réunion régionale de l’Open Government Partnership qui se tient du 1er au 3 novembre à Marrakech.



Mi-septembre, au lendemain de son investiture à la tête du Kenya, William Ruto annonçait par le biais d’un tweet le retrait par Nairobi de la reconnaissance de la ‘RASD’, entité séparatiste du Front Polisario. Mais le tweet, tombé à l’issue de son entrevue avec le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, avait tout simplement été effacé, moins de trois heures après sa publication.



Il a fallu 48 heures, alors que la controverse enflait auprès dans les cercles d’opinion marocains et kenyans pour que le ministère des Affaires étrangères kényan apporte ses « clarifications ». Dans un document daté du 16 septembre et signé par Macharia Kamau, la diplomatie locale réaffirmait sa « reconnaissance de la ‘RASD’ » et rappelait que « la position du Kenya est pleinement alignée (…) sur l’Union africaine, qui exige le droit incontestable et inaliénable d’un peuple à l’autodétermination ». Kamau n’a pas manqué d’envoyé une pique à Ruto, ajoutant dans sa missive adressée au ambassades du Kenya que « dans le même temps, il convient de noter le Kenya ne mène pas sa politique étrangère via Twitter ou tout autre réseau social, mais via des documents et cadres officiels du gouvernement ».


William Ruto, que l’on sait séduit par la « diplomatie du phosphate » prônée par Rabat, se débarrasse ainsi d’un responsable gouvernemental qui incarne la ligne dure de la diplomatie kényane. Le remplacement de Macharia Kamau par un fidèle compagnon de William Ruto laisse présager de nouvelles perspectives pour la politique extérieure de Nairobi, notamment sur la question du Sahara occidental.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite