S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
11.04.2023 à 21 H 01 • Mis à jour le 11.04.2023 à 22 H 35
Par
Armement

Washington confirme la future acquisition des lance-roquettes HIMARS par le Maroc

M142 High Mobility Artillery Rocket Systems (HIMARS). Photo: US Army
L'acquisition des redoutables HIMARS par les Forces Armées Royales, révélée par Le Desk en septembre dernier, se confirme. Washington vient d'annoncer publiquement la commande de 18 HIMARS par Rabat. Les détails

Les Forces Armées Royales pourront désormais compter sur les redoutables lance-roquettes HIMARS. Dans un communiqué diffusé ce 11 avril, l'agence américaine de coopération en matière de sécurité pour la défense vient d'annoncer que le département d'État a pris une décision approuvant une éventuelle vente militaire étrangère au gouvernement du Maroc de systèmes de fusées d'artillerie à haute mobilité (HIMARS) et d'équipements connexes pour un coût estimé à 524,2 millions de dollars, fait-on savoir.


On ajoute que l'Agence en question a délivré la certification requise informant le Congrès de cette vente possible aujourd'hui, à savoir ce 11 avril.


« Le gouvernement du Maroc a demandé d'acheter dix-huit (18) lanceurs M142 High Mobility Artillery Rocket System (HIMARS)  quarante (40) M57 Army Tactical Missile Systems (ATACMS)  trente-six (36) M31A2 Guided Multiple Launch Rocket Systems (GMLRS) Unitary  trente-six (36) M30A2 Guided Sont également inclus quarante (40) M28A2 Low Cost Reduced Range Practice Rocket Pods (LCRRPR)  radios avec une capacité "SINCGARS" similaire  trente-cinq (35) Vehicular Dual Long-Range Radio Systems w/GPS  vingt-quatre (24) Single Radio, Long Range Vehicular System w/GPS  dix-huit (18) M1084A2 », ajoute la même source.


La communication souligne que « cette vente proposée soutiendra la politique étrangère et la sécurité nationale des États-Unis en aidant à améliorer la sécurité d'un allié majeur non membre de l'OTAN qui continue d'être une force importante pour la stabilité politique et le progrès économique en Afrique du Nord ».


L'agence poursuit en ajoutant que « la vente proposée améliorera la capacité du Maroc à faire face aux menaces actuelles et futures et contribuera à la capacité du Maroc à détecter les menaces et à contrôler ses frontières, contribuant ainsi au maintien de la stabilité et de la sécurité régionales. Il améliorera également l'interopérabilité des forces armées royales (FAR), qui exercent régulièrement avec les forces américaines, en se concentrant sur la lutte contre le terrorisme et les organisations extrémistes violentes (VEO) dans la région du Maghreb et du Sahel. Le Maroc n'aura aucune difficulté à absorber ces nouvelles acquisitions dans ses forces armées ».


« Les principaux entrepreneurs seront Lockheed Martin Missiles and Fire Control, Camden, AK  L3 Harris Communications, Inc., Rochester, NY  Raytheon, Waltham, MA  COBHAM Aerospace Connectivity, Buckinghamshire, Royaume-Uni  Oshkosh Defense, LLC, Oshkosh, WI  AAR Corporation AAR Manufacturing, Inc., Cadillac, MI . Il n'y a pas d'accords de compensation connus proposés dans le cadre de cette vente potentielle », fait-on savoir.

Les coulisses d'une acqusition

En septembre dernier, Le Desk révélait l'intérêt des Marocains pour ce type d'armement.


Si le Maroc à l'époque n’avait pas encore formulé explicitement sa requête à Washington, la question a été notamment évoquée, selon nos sources, lors de la visite effectuée le 21 et 22 août au Maroc – et la première en Afrique - par le major général Todd R. Wasmund, commandant la Force opérationnelle de l’Europe du Sud des forces armées américaines en Afrique (SETAF-AF). Celui-ci, lors des discussions menées avec le général de corps d’Armée Belkhir El Farouk, inspecteur général des FAR et commandant la Zone Sud, a acquiescé au fait que ce type d’armement est de nature à renforcer l’interopérabilité des moyens militaires américains avec ceux de ses alliés, que ce soit pour sécuriser la région ou d’assurer en cas de besoin des opérations de contingence communes, assure-t-on.


Ce qui est aujourd'hui mentionné dans la communication de Washington.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite