S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
25.04.2024 à 19 H 10 • Mis à jour le 25.04.2024 à 19 H 30
Par
Energie

Africa Finance Corporation mise 14,1 M$ dans le projet Xlinks

Signature à Londres ce 25 avril de l’investissement d’AFC dans Xlinks First. Crédit: DR
L’institution financière multilatérale africaine AFC rejoint le trio d'investisseurs Abu Dhabi National Energy Company (TAQA), TotalEnergies et Octopus Energy dans le mégaprojet d’interconnexion électrique par câble sous-marin entre le Maroc et le Royaume-Uni devant à sa réalisation alimenter 7 millions de foyers britanniques en énergie verte produite dans la région de Guelmim Oued-Noun

Suite à une annonce d’intention récente, Xlinks First Ltd. a concrétisé un investissement de 14,1 millions de dollars (M $) de la part d'Africa Finance Corporation (AFC), le principal fournisseur de solutions d'infrastructure du continent, pour poursuivre le développement du projet électrique Maroc-Royaume-Uni de Xlinks, « qui fournira une énergie abordable, fiable et propre du Maroc à Grande-Bretagne d’ici une décennie », apprend-on d’un communiqué conjoint.


« Le soutien de l’AFC marque une étape importante pour le projet, affirmant le rôle du Maroc en tant que leader continental des énergies renouvelables et démontrant comment l’énorme potentiel d’énergies renouvelables de l’Afrique peut fournir des solutions bénéfiques à la transition énergétique mondiale », poursuit la même source.


8 % des besoins en électricité de la Grande-Bretagne

Une fois terminé, la production éolienne et solaire du projet, combinée à un stockage flexible par batterie, fournira 3,6 GW d’énergie propre, fiable et abordable pour répondre à 8 % des besoins actuels en électricité de la Grande-Bretagne – soit l’équivalent de 7 millions de foyers. Les nouvelles installations de production d’électricité et de stockage par batteries, situées dans le sud du Maroc, seront reliées exclusivement à la Grande-Bretagne via des câbles sous-marins HVDC de 4 000 km.


Le projet entraînera la création de milliers d’opportunités d’emploi, dont une proportion importante d’emplois qualifiés, soutenus par des programmes de formation et de certification, qui contribueront à consolider le rôle pionnier de l’expertise marocaine en matière d’énergies renouvelables en tant que pôle énergétique régional et continental. Le projet favorisera également la création d'un écosystème industriel intégré d'énergies renouvelables, comprenant la production industrielle d'équipements d'énergies renouvelables, la transformation, le transport, le stockage et la reconversion, qui, combinés, serviront de locomotive pour la croissance et le développement économique.


 « L'Afrique, avec son immense potentiel d'énergies renouvelables et ses vastes ressources naturelles, est à l'avant-garde des aspirations mondiales à zéro émission nette. Le projet énergétique Maroc-Royaume-Uni de Xlinks illustre ce rôle central, mettant en valeur l'importance de l'Afrique et sa capacité à alimenter la transition de l'Europe vers l'énergie durable tout en relevant les défis climatiques urgents », a déclaré Samaila Zubairu, président-directeur général de l'AFC.


« En exploitant l'énergie éolienne et solaire abondante du Sahara et en la canalisant directement vers l'un des plus grands marchés énergétiques d'Europe, ce projet ne stimule pas seulement la croissance de l'économie marocaine grâce à d'importants revenus d'exportation, mais catalyse également le développement des industries locales d'énergie propre. À mesure que ce projet de transformation progresse, il profitera non seulement au Maroc et à l'Afrique, mais contribuera également de manière significative à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la majorité des investissements devant conduire ce changement se produisant au sein du Sud global », a-t-il ajouté.


 « Sécuriser AFC en tant qu'investisseur est une étape importante dans le développement du projet. Nous sommes ravis de nous associer à l’AFC, une institution financière de premier plan créée par des États souverains africains, dont le Royaume du Maroc. Ils apportent une compréhension et une expérience inégalées des infrastructures africaines. Leur mission – favoriser la croissance économique et le développement industriel sur le continent – s’aligne étroitement sur les résultats prévus du projet énergétique Maroc-Royaume-Uni », a commenté pour sa part, James Humfrey, PDG de Xlinks First.


Un coût total de plus de 20 MM $

Pour rappel, Xlinks First prévoit de construire de vastes parcs solaires et éoliens dans le désert marocain. La société prévoit la mise en place de batteries permettant de stocker près de la moitié de cette capacité et sa transmission vers le Royaume-Uni via 3 800 kilomètres de câbles sous-marins. Son coût global est estimé à plus de 20 milliards de dollars (MM $), ce qui représente l’un des plus gros investissements jamais réalisés en Afrique dans le domaine des énergies renouvelables, poursuit la même source.


Classé d’« importance nationale » et désormais figurant dans la stratégie énergétique britannique, Xlinks, le projet de câble électrique sous-marin reliant le Maroc à la Grande-Bretagne, devrait coûter plus cher que prévu. C’est ce que fait savoir la société qui pilote le projet, Xlinks First, dans sa dernière mise à jour sur le projet et première communication autour des orientations sur les coûts de construction et le prix d’achat rendue publique le 16 avril.


AFC rejoint le club d'investisseurs formé d'Octopus Energy au Royaume-Uni, ainsi que des géants mondiaux de l'énergie comme Total Energies et Taqa.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite