Abonnez-vous !
Logo du site LeDesk

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
Nessie
05.08.2022 à 02 H 44 • Mis à jour le 05.08.2022 à 02 H 44
Par

Paléontologie La thèse anglo-marocaine qui accrédite l’existence du ‘Monstre du Loch Ness’ tombe à l’eau

Les plésiosaures se sont éteints il y a 66 millions d'années, mais la preuve découverte au Maroc que les reptiles à long cou du Jurassique vivaient en eau douce, pas seulement dans les océans, a donné de faux espoirs aux passionnés de Nessie

Une découverte publiée la semaine dernière par des chercheurs britanniques et marocains a renforcé une hypothèse à laquelle certains passionnés du ‘Monstre du Loch Ness’ se sont accrochés depuis longtemps : que les plésiosaures vivaient non seulement dans les mers du Jurassique, mais aussi en eau douce. Cela pourrait signifier, ont-ils déduit avec enthousiasme, que Nessie, qui est parfois décrit comme ressemblant beaucoup à un plésiosaure, pourrait vraiment vivre dans le Loch Ness, un lac d'eau douce situé en Ecosse.


Les journaux locaux ont célébré la découverte et la nouvelle a fait le tour du monde.


Ce n'est pas la première étude à découvrir que les plésiosaures vivaient en eau douce. « Cette nouvelle étude fournit simplement des preuves supplémentaires pour certains membres de ce groupe vivant en eau douce. Nous avons toujours su cela », a déclaré au New York Times Dean Lomax, paléontologue et chercheur invité à l'Université de Manchester.


Mais Nick Longrich, l'auteur principal de l'étude, a déclaré que son équipe avait l'un des arguments les plus solides car ils ont trouvé des fossiles de 12 plésiosaures, preuve que ce n'était pas seulement un plésiosaure qui a erré dans l'eau douce puis y est mort.


« Plus il y a de fossiles de plésiosaures découverts dans des environnements d'eau douce, plus cela construira l'image pour expliquer pourquoi des plésiosaures pourraient apparaître dans des environnements d'eau douce à travers le monde », a déclaré Georgina Bunker, une étudiante co-auteur de l'article.


Dr Longrich, paléontologue et biologiste de l'évolution à l'Université de Bath, a déclaré qu'il était « complètement inattendu » de trouver le fossile d'un plésiosaure qui avait vécu dans un système fluvial d'eau douce vieux de 100 millions d'années qui est maintenant le Sahara.


Lors d'un voyage de recherche au Maroc, il fouillait une boîte dans l'arrière-boutique d'un magasin lorsqu'il a repéré une sorte d'os « trapu », qui s'est avéré être le bras d'un spécimen de plésiosaure juvénile de cinq pieds de long. Dr Longrich n'a pas payé plus de 200 dirhams au vendeur, après avoir négocié pour faire baisser le prix, et a ramené les fossiles en Grande-Bretagne pour une étude plus approfondie. Les fossiles seront restitués au Maroc à une date ultérieure.


« Une fois que nous avons commencé à chercher, le plésiosaure a commencé à apparaître partout », a-t-il déclaré au New York Times. « Cela vous rappelle qu'il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas ».


Alors que la nouvelle de l'étude faisait la une des journaux la semaine dernière, certains fans de Nessie étaient pleins d'espoir faisant au cœlacanthe, un poisson osseux que l'on croyait éteint il y a des millions d'années, mais qui a été découvert en 1938 par un conservateur de musée sud-africain sur un chalutier de pêche.


Un souci d'anachronisme...

Mais il y a un détail que certains fans de Nessie ont peut-être oublié dans leur acceptation de la plausibilité de son existence : les plésiosaures se sont éteints en même temps que les dinosaures, il y a environ 66 millions d'années. Le Loch Ness ne s'est formé qu'il y a environ 10 000 ans, et avant cela, c'était de la glace.


Valentin Fischer, professeur agrégé de paléontologie à l'Université de Liège en Belgique, a déclaré qu'il serait actuellement impossible pour un reptile marin comme le plésiosaure de vivre dans le Loch Ness.


La première observation enregistrée de Nessie remonte au 6ème siècle après J.-C., lorsque le moine irlandais St. Columba aurait vu une créature dans l'eau. Mais l'intérêt mondial a été ravivé au 20ème siècle, après qu'un chirurgien britannique, le colonel Robert Wilson, a pris ce qui est devenu la photo la plus célèbre du monstre du Loch Ness en 1934. Soixante ans plus tard, la photographie s'est révélée être un canular.


Mais certaines personnes ne se sont pas découragées et, depuis, des foules de touristes se rendent chaque année au Loch Ness écossais dans l'espoir de voir le monstre.


Il y a eu plus de 1 100 observations au Loch Ness, dont quatre cette année, selon le registre d'observations officielles.


Steve Feltham, un « chasseur de monstres » à temps plein qui vit sur les rives du Loch Ness depuis trois décennies, a déclaré au New York Times que l'étude anglo-marocaine était intéressante, mais qu'elle n'était pas pertinente pour sa recherche. Depuis qu'il est devenu clair que la célèbre photo de Nessie de 1934 était fausse, il a cessé de croire que Nessie était un plésiosaure. Les plésiosaures doivent remonter pour respirer, alors il pense qu'il l'aurait vu pendant les 12 heures par jour qu'il scanne le loch.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite