Abonnez-vous !
Logo du site LeDesk

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
27.07.2022 à 13 H 30 • Mis à jour le 27.07.2022 à 13 H 30
Par

Paléontologie Les fossiles marocains de Plésiosaures rendent « plausible » l’existence du ‘Monstre du Loch Ness’

Des fossiles de Plésiosaures, une espèce à laquelle le mythique monstre du Loch Ness appartiendrait, ont été découverts au Maroc et étudiés par les experts de l'Université de Bath en Angleterre. Les conclusions montrent que ces prédateurs préhistoriques se nourrissaient régulièrement en eau douce. Les détails

Les experts de l'Université de Bath en Angleterre ont découvert des fossiles de Plésiosaures, des reptiles marins datant du Jurassique inférieur, il y a 190 millions d'années, apprend-on du Telegraph. 


Les chercheurs se sont penchés sur un ancien système fluvial vieux de 100 millions d'années, désormais situé dans le désert du Sahara. Cette découverte rend la thèse du légendaire Monstre du Loch Ness, alias Nessie, « plausible », selon les chercheurs.


Des reptiles marins en eau douce

À l'heure actuelle, nous savons que certains Plésiosaures pouvaient vivre en eau douce, et non uniquement en eau salée comme le prétendaient les sceptiques de Nessie.


Ces fossiles comprennent des os et des dents de Plésiosaure adulte, de trois mètres de long, ainsi que des os de bras d'un jeune spécimen de 1,50 mètre.


Plésiosaure, illustration. Crédit: Shutterstock


« Ce qui m'étonne, c'est que l'ancienne rivière marocaine contenait tant de carnivores vivant tous côte à côte », a déclaré le co-auteur Dave Martill, professeur de paléobiologie à l'Université de Bath.


En effet, la découverte suggère que ces créatures marines préhistoriques vivaient et se nourrissaient en eau douce, aux côtés de prédateurs à l'instar des crocodiles, du Spinosaure, mais également de grenouilles, tortues et poissons en tous genres.


Les dents présentent des traces d'usure, comme celles du Spinosaure, ce qui confirme la thèse que ces prédateurs préhistoriques se nourrissaient régulièrement au même endroit, de poissons aux écailles dures.


« C'est un peu controversé, mais qui peut dire que parce que nous, paléontologues, les avons toujours appelés « reptiles marins », ils ont dû vivre en mer ? Beaucoup de lignées marines ont envahi l'eau douce », a déclaré le docteur Nick Longrich, auteur correspondant de l'article.


Pour rappel, Nessie est entré dans le folklore écossais dans les années 1930. Dès lors, les touristes se rendent au bord du lac dans la région du Loch Ness dans l'espoir d'apercevoir cette créature marine préhistorique.


En 2011, une photographie considérée comme étant la plus claire de la créature a fait le tour du globe. Finalement, cette photo n'était qu'un canular. Il s'agissait en fait d'une reconstitution en fibre, fabriquée pour un documentaire sur Nessie.


Malgré le fait qu'aucune preuve ne démontre clairement la présence de Nessie en Écosse, le phénomène suscite un grand intérêt dans le monde.


Le Maroc, un paradis pour les paléontologues

Cette découverte vient s'ajouter aux nombreuses autres qui ont été effectuées sur le territoire marocain. En 2020, un fossile unique datant de 370 millions années avait permis aux scientifiques de lever le voile sur l'évolution de la mâchoire des requins.


Plus récemment, en mars dernier, des paléontologues ont mis la main sur des fossiles de Siréniens ou « vaches de mer » qui datent d'au mois 35 millions d'années.


Ce patrimoine préhistorique marocain avait même été mis à l'honneur au siège de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) à Paris, en juin dernier.


Jusqu'au 18 septembre, le musée d'histoire naturelle de Sternberg aux États-Unis présente une exposition intitulée « Sahara Sea Monsters », permettant aux visiteurs d'être transportés dans les eaux préhistoriques marocaines, il y a 600 millions d'années.


Lors de cette exposition, la nouvelle espèce de lézards marins découverte au Maroc en 2021 est également mise en exergue.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite