Abonnez-vous !

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
L'agenda
Festival
12.10 14.10.2018
Moga is back à Essaouira
 Le festival des musiques et cultures électroniques, Moga Festival revient à Essaouira pour une nouvelle édition les 12, 13 et 14 octobre 2018. Moga Festival investira la pittoresque cité d'Essaouira, décors d'Astapor dit la « Ville Rouge », lieu de tournage de la célèbre série Game of Thrones. Durant trois jours, les amateurs de bons sons seront conviés pour un voyage inédit dans l'ancienne Mogador. Un rendez-vous autour des cultures électroniques, rythmé par des moments intenses de musiques, d'échanges et de communion. Ville de culture et de métissage, inscrite au Patrimoine de l'UNESCO, la légendaire Essaouira envoûte les voyageurs et inspire les artistes. Riche d'un passé chargé d'histoires, cette ancienne cité portugaise devenue pacifiste "hippie" dans les années 60, livre une atmosphère envoûtante. Avec son cachet architectural et civilisationnel la cité des Alizés résonne par-delà ses frontières. Moga Festival s'inspire ainsi de cet héritage d'influences pour créer un trait d'union entre tradition et cultures électroniques. En 2016, Moga Festival avait rassemblé plus de 5000 festivaliers autour de concerts exceptionnels des artistes internationaux tels que Ron Morelli, DJ Tennis, Terekke, YokoO, Mind Against, Magda, Lee Burridge, ou SIS. Nous nous souvenons encore des djs Amê et dOP qui, en collaboration avec le Maâlem Hassan Boussou, avaient offert une performance inédite donnant lieu à un concert exclusif, à la fois hypnotique et surprenant ! Pour son édition 2018, Moga Festival investira plusieurs lieux culturels, historiques, et incontournables d'Essaouira en présentant l'avant-garde de la scène internationale et des scènes marocaines, maghrébines et africaines pour des après-midi et soirées concerts. Une première partie de la programmation est dévoilée avec 23 artistes confirmés :Acid Pauli [Ger], Achil [Ma], Agoria [Fra], Amine Dhobb [Ma], Audiofly [Es], Hisham [Ma], Jan Blomqvist [Ger], Jilaa [Ma], John Acquaviva [Ca], Kate Zubok [Ukr], Lady Goule [Ma], Maher Daniel [Ca], M.A.O.U. [Ma], Marymoon [Ru], Mr ID (Ma), Nico Stojan [Ger], Nitin [Ca], Oceanvs Orientalis (live) [Tur], Rechulski [USA], Rossko [UK], Seb Zito [UK], Stavroz (live) [Bel], Viken Arman (live) [Fra]... De nombreux autres artistes seront annoncés prochainement !
Lieu - Essaouira
10.04.2018 à 13 H 29 • Mis à jour le 10.04.2018 à 13 H 31
Par

Parution Le livre-choc sur « le mystère Bouteflika » qui dérange Alger

Ancien journaliste du « Matin » et opposant historique du président Abdelaziz Bouteflika, Mohamed Benchicou publie un nouveau livre sur le raïs chez Riveneuve éditions, disponible en France depuis le 22 mars. « Le Mystère Bouteflika : radioscopie d'un chef d'Etat » sort alors que les caciques du FLN défendent désormais ouvertement l'hypothèse d'un cinquième mandat du vieux président malade

Mohamed Benchicou, écrivain, journaliste et ancien directeur-fondateur du quotidien algérien d’opposition Le Matin, suspendu en 2004, et lui-même incarcéré pendant deux ans, est l’auteur de nombreux essais politiques, d’un journal de ses années de prison et d’une pièce de théâtre, publiés en France (notamment chez Riveneuve) et en Algérie. Il revient, toujours chez Riveneuve avec un livre-choc sur « le mystère Bouteflika », alors que le président algérien vient d’avoir le support de son parti, le FLN, pour briguer un cinquième mandat.


« En 2018, à l’ère du numérique et d’internet, un peuple ignore par qui il est dirigé. Il y a bien un président aux commandes depuis dix-neuf ans, mais il est handicapé, ne se déplace qu’en fauteuil roulant, ne peut plus parler ni soutenir une conversation, le corps rigide, les membres totalement inertes… », peut-on lire sur le texte de présentation de l’ouvrage qui donne déjà une idée sur son ton incisif.



« Oui, il y a bien un président, mais un président qui ne reçoit personne, qui ne s’adresse plus au peuple depuis sept années, un président qu’on cache, qu’on ne sort que dans les grandes occasions, le temps de quelques photos, histoire de prouver qu’il est encore en vie », ajoute le texte


« Dans cette contrée, les institutions sont bloquées, la machine étatique est en panne, le pays isolé. Les chefs d’État étrangers évitent de s’y rendre, ceux qui font le déplacement repartent le plus souvent sans avoir rencontré le chef de l’État, le Conseil des ministres ne se tient plus, les ambassades étrangères ne savent à qui remettre les lettres de créance… », poursuit ce document fort avec des analyses et des révélations sur un des derniers chefs d’Etat de la génération des indépendances africaines, incapable de quitter le pouvoir. Un sujet brûlant aussi : la continuité de l’Etat dans un pays majeur qui inquiète les chancelleries du monde occidental et où les trois quarts de la population à moins de 30 ans.


« Cet homme n’est pas un roi  ce pays n’est pas une monarchie, on dit même que ce n’est pas une dictature. Alors comment expliquer le mystère Bouteflika ? », s’interroge l’auteur, parmi les meilleurs observateurs de l’Algérie et du pouvoir des caciques en place, qui se livre à une véritable radioscopie d’un chef d’État autant que d’un pays que d’aucuns qualifient de « trou noir ». 


Le livre, souligne-t-il au HuffPost, est « un récit de la déchéance algérienne, d’un président qui promettait en 1999 d’abolir la corruption, de moderniser la pratique politique, de réhabiliter la transparence, d’effacer le chômage et de rendre la dignité à l’Algérien et qui a fait tout le contraire ! Au lieu d’inscrire son action dans la continuité d’un État pérenne, ou du moins d’essayer, au lieu de promouvoir l’initiative, libérer les énergies, renforcer la transparence, il a consolidé le pouvoir absolu, étouffé l’expression démocratique, découragé les initiatives, accru la censure, généralisé l’esprit de lucre, aboli la concertation. ».


Alors que « le mystère Bouteflika » était présenté en avant-première au Salon du Livre à Paris, la presse algérienne demeure très majoritairement silencieuse sur sa sortie. Un signe que l’ouvrage dérange au plus haut point le palais de la Mouradia. « Même des quotidiens qui se permettaient certains élans de liberté, il y a quelques années, comme El Watan, Liberté et Le Soir d’Algérie, ont fait l’impasse totale sur la parution de ce livre », écrit un site Kabyle… 



Le mystère Bouteflika : radioscopie d’un chef d’Etat, par Mohamed Benchicou. Ed. Riveneune, Paris, 240 p., 20 €