S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
Datadesk
Comprendre l’actualité par les données

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
12.07.2023 à 15 H 25 • Mis à jour le 12.07.2023 à 15 H 25

Hamid Addou révèle les ambitions de la RAM: plus de destinations, plus de passagers, plus de profits

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, et le PDG de la RAM, Hamid Addou, ont signé un contrat-programme 2023-2037 visant à transformer la compagnie aérienne en un transporteur global. Cette stratégie prévoit d'augmenter significativement la flotte d'avions, le nombre de passagers et le chiffre d'affaires, tout en diversifiant les destinations desservies. Les détails



Tel qu'annoncé ce 11 juillet, Aziz Akhannouch, le Chef du gouvernement, et Hamid Addou, le président-directeur général de la Royal Air Maroc (RAM), ont paraphé un contrat-programme couvrant la période 2023-2037. Cette initiative s'intègre dans le cadre des actions menées par l'Exécutif pour consolider le rôle du transport aérien dans l'accomplissement des objectifs de développement économique et social du pays, et soutenir la stratégie nationale visant à accueillir 65 millions de voyageurs d'ici 2037, fait-on savoir.


Hamid Addou, PDG de la RAM, a interprété cette avancée comme le résultat d'un contexte particulièrement « propice à une transformation des activités de la RAM ».  La compagnie tire désormais parti de « sa capacité de résilience et des efforts déployés en matière de modernisation pour afficher des performances notables, dépassant les niveaux antérieurs à la crise sanitaire », poursuit le patro de la RAM, lors d'une conférence de presse tenue dans la matinée de ce mercredi 12 juillet.


Dans ce contexte favorable, l’État considère que les conditions «  sont réunies et que les fondations de la Compagnie nationale sont consolidées pour lui permettre d'entamer une nouvelle page de son histoire vers une nouvelle ère d'expansion », s'est-il félicité.


Quadrupler la flotte et élever les ambitions

Pour réaliser ses ambitions, la RAM a instauré un nouveau business model global. L'objectif exprimé par Hamid Addou est de « transformer la dimension de l'entreprise pour le bénéfice du pays, de son économie et de son influence ». De plus, l'ambition est de transcender le statut d'une compagnie traditionnelle, dotée d'un hub régional moyen-courrier Nord-Sud, pour devenir un transporteur global, avec un taux de croissance accru, exploitant un hub transcontinental Nord-Sud et Est-Ouest, adoptant une nouvelle approche « point-à-point » et établissant un réseau national transversal, détaille le patron de la RAM.


Pour entrer dans les détails, ce modèle révolutionnaire se fonde sur une expansion significative de la flotte et une reconfiguration de sa stratégie opérationnelle. À l'horizon 2037, le nombre d'appareils s'accroîtra, évoluant de 50 à 200 avions (y compris 4 nouveaux avions cargo). Il est à signaler que la compagnie aérienne a procédé à la vente de 10 avions durant la crise du Covid-19. « Ces appareils étaient en fin de vie et il était impératif de procéder à leur cession », a justifié Addou.


En parallèle, le nombre de passagers connaîtra une progression de 7,5 millions en 2019 à 31,6 millions en 2037 et le chiffre d'affaires s'échelonnera de 16,5 milliards de dirhams (MMDH) à 94 MMDH en 2037. De surcroît, les destinations couvertes par la flotte de la RAM se diversifieront, passant de 99 destinations actuellement avec un taux de remplissage des avions de 70 % à 143 destinations avec un taux de remplissage de 82 %, a précisé le PDG de la RAM.


Un développement en deux phases

En vertu de ce nouveau contrat-programme conclu entre le gouvernement et la compagnie nationale, la RAM met en œuvre un plan de développement qui devrait lui permettre de changer de dimension et de se positionner en transporteur global aux ambitions internationales d'ici 2037.


Ce plan prévoit une expansion en deux phases, une première à court terme et une seconde à moyen terme. « Un développement en deux phases s'impose, car nous devons passer des commandes pour acquérir des avions, former nos ressources humaines et recruter du personnel. Cela prend du temps », a indiqué Hamid Addou.


Le dessein à court terme, c'est-à-dire d'ici à 2027, envisage principalement le renforcement de l'offre sur le réseau actuel et les premières avancées sur les réseaux moyen et long-courriers. Durant cette période, l'accent sera mis sur l'élaboration d'un plan d'inauguration de lignes long-courriers, l'initiation du concept « point-à-point » orienté vers le tourisme et l'éthique, ainsi que la validation de la stratégie adoptée.


Plusieurs inaugurations de lignes sont en perspective, incluant 4 en Europe (Manchester, Munich, Zurich et Naples), 2 au Moyen-Orient (Beyrouth et Amman), 3 aux Amériques (Los Angeles, Sao Paulo et Rio de Janeiro) et 2 en Asie (Pékin et Guangzhou). Les liaisons avec l'Afrique auront la part de lion avec 6 lignes Afrique (Tripoli, N'Djamena, Abuja, Nairobi, Johannesburg et l'île de Sal au Cap Vert). « L'intention, à travers l'expansion des lignes africaines, est de desservir l'intégralité des capitales africaines d'ici à 2037. Il est essentiel pour la RAM de se positionner sur ce marché, tout comme sur le marché américain, contrairement au marché asiatique où la compétition avec les compagnies du Golfe est féroce », a déclaré le PDG de la RAM.


Suite à cette première phase, la compagnie devrait avoir atteint un niveau de maturité suffisant pour se hisser au rang de « transporteur global ». Au cours de la seconde étape (à moyen terme), une transformation « significative  » sera opérée, une duplication de la flotte sera réalisée, et de nombreuses inaugurations de lignes moyen et long-courriers sur les quatre continents seront engagées.


« Nous envisageons plus d'une centaine de nouvelles destinations internationales à travers le monde et 46 lignes domestiques pour une meilleure connexion du Royaume », a précisé Addou. Dans ce cadre, 73 nouvelles destinations sont envisagées en Europe, notamment Varsovie, Budapest, Dublin, Stockholm, Athènes, Faro et Palma de Majorque. 12 nouvelles destinations en Afrique, notamment Oran, Khartoum, Kigali, Dar Es-Salam et Addis Abeba. 13 nouvelles destinations aux Amériques, notamment des vols directs Rabat-New York et Marrakech-New York, San Francisco, Boston, Mexico et Lima. Enfin, 5 nouvelles destinations en Asie, à New Delhi, Kuala Lumpur, Shanghai, Tokyo et Séoul.


Renforcement des vols internes

Dans le contexte de ce même plan, la compagnie marocaine embrasse une nouvelle approche globale du réseau national. L'intention selon Addou est de « faciliter l'interconnexion des citoyens sans nécessairement passer par la ville de Casablanca ». De la sorte, parallèlement au réseau radial basé sur le hub de Casablanca, un projet de réseau interne transversal sera élaboré pour les 12 régions.


La RAM envisage en conséquence d'établir de nouvelles liaisons au départ de Casablanca, Rabat et Agadir, ainsi que de nouvelles lignes transversales reliant Fès, Nador, Oujda, Guelmim, Laayoune et Dakhla. « À l'issue de la deuxième phase, nous disposerons de 46 lignes assurées avec 173 fréquences et des modules court et moyen-courriers adaptés aux exigences de chaque région », a souligné le PDG de la RAM.


Concernant les tarifs des billets pour les vols internes, perçus comme exorbitants par les voyageurs, le dirigeant de la RAM a clarifié que « Les prix sont déterminés dans le cadre des accords conclus entre la Compagnie et les Conseils des régions. Ceux-ci définissent la fréquence des vols ainsi que les tarifs. La RAM les valide en fonction de ses ressources et en tenant compte de la rentabilité des lignes ».


Un flou sur les moyens financiers

Concernant les ressources nécessaires pour atteindre ces objectifs, Addou s'est montré particulièrement réservé, notamment en ce qui concerne le montant global des investissements envisagés par la RAM. Ceci est principalement tributaire des résultats annuels de la compagnie, qui « ne sont pas encore arrêtés », a-t-il souligné. Il a également affirmé que les profits annuels seraient « systématiquement réinvestis dans les investissements et l’acquisition d'avions ».


Le président de la RAM a également choisi de ne pas révéler les montants des levées de fonds effectuées cette année, ni celles envisagées pour les années futures. Selon lui, la levée de fonds dépend directement des résultats annuels. « Cette année, par exemple, nous avions envisagé une levée de capitaux assez importante, mais finalement, nous l'avons réalisée à une échelle moindre, étant donné que les résultats de l'exercice précédent étaient plus satisfaisants que prévu », a-t-il déclaré.


Quid de la flotte

En ce qui concerne le renforcement de la flotte de la RAM, Hamid Addou a précisé que la compagnie avait émis un appel d'offres pour l'acquisition de dix appareils. « À ce jour, sept avions sont assurés. Le premier est déjà parvenu au Maroc et sera opérationnel dès le mois prochain. Les autres le seront à partir de mars 2024 », a-t-il déclaré, soulignant que parmi ces sept avions, deux ont été achetés par la RAM et cinq sous forme de leasing longue durée.


Un second appel d'offres sera bientôt lancé pour « satisfaire l'ensemble des besoins de la RAM, notamment en termes d'avions moyen-courrier », a indiqué le dirigeant de la RAM, tout en reconnaissant les difficultés que la RAM peut rencontrer dans sa démarche d'acquisition de flotte. « Nous sommes conscients que les grands constructeurs aéronautiques sont submergés de commandes, et notre objectif en lançant cet appel d'offres est précisément d'évaluer la capacité de ces fournisseurs à répondre à nos besoins », précise-t-il.


Quant aux ressources humaines, le PDG de la RAM souligne que la compagnie compte actuellement 55 employés par avion (toutes spécialités confondues). « Ce chiffre évoluera en fonction des acquisitions d'avions », explique-t-il. En attendant les résultats de l'appel d'offres qui sera lancé dans un avenir proche, la RAM assure d'ores et déjà la formation des pilotes au sein de l'Académie militaire de Marrakech. « Nous lancerons un appel à candidature en septembre prochain pour le recrutement de 100 pilotes cadets », a annoncé Addou. Les autres catégories de professionnels, notamment les professionnels au sol, seront formés en partenariat avec l'OFFPT.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite