logo du site ledesk
En clair
Toutes les réponses aux questions essentielles de l’actu

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
04.12.2022 à 15 H 14 • Mis à jour le 04.12.2022 à 15 H 14 • Temps de lecture : 4 minutes
Par

n°827.Le Maroc va-t-il jouer sans son public face à l’Espagne ?

C’est la croix et la bannière pour les supporters marocains qui cherchent à acheter des tickets du match Maroc-Espagne comptant pour les 8èmes de finale de la Coupe du monde au Qatar. Pourquoi une telle situation ?

Les supporters marocains désirant assister au choc des huitièmes de finale entre les Lions de l’Atlas et la sélection espagnole, mardi prochain à Al Rayyan, dans la banlieue de Doha, devront parcourir un long chemin de croix avant de se procurer les tickets de la rencontre.


D’après les témoignages parvenant du Qatar, les supporters de l’équipe nationale, qu’il s’agisse des Marocains résidant dans ce pays du Golfe, ou de ceux ayant fait le déplacement depuis le Maroc ou d’ailleurs, trouvent énormément de difficultés à obtenir ce précieux sésame. « Les tickets sont extrêmement rares. Quand bien même vous trouvez un revendeur, les prix sont exorbitants, ils atteignent parfois cinq fois le tarif initial déterminé par la FIFA », se plaint-on.


Sur les plateformes de revente de tickets, tels Viagogo et Seatpick, les prix de la catégorie 3 - la moins chère - pour le match Maroc-Espagne se situent autour de 500 euros l’unité. Pour les matchs des huitièmes de finale et pour cette catégorie de sièges en particulier, la FIFA avait fixé le prix de 350 rials qataris (96 dollars) pour les supporters internationaux, et 70 rials (19 dollars) pour les résidents au Qatar.


Une histoire de sabotage par les rivaux Emiratis ?

Une source FIFA approchée par Le Desk explique que ces complications étaient prévisibles, étant donné que les supporters marocains n’avaient pas prévu d’acheter de tickets pour les matchs au dela de la phase de poules, le Maroc n’ayant pas été favori à la qualification pour le tour suivant avant le début de la compétition. Ce n’est pas le cas pour les Espagnols, par exemple, dont beaucoup s’étaient procurés des tickets pour toutes les phases de la compétition, vu le statut de leur sélection, ajoute-t-on.


Mais l’autre hypothèse qui nous parvient serait totalement extra-sportive. Dans un contexte de rivalité politique entre le Qatar et son voisin émirati, ce dernier aurait organisé des achats en masse de tickets de matchs de la Coupe du monde, avec la volonté de ne pas en faire usage et ainsi donner l’image de stades vides lors des matchs de la compétition, une impression persistante depuis le début du Mondial.


Ce serait donc en réponse à cela que les organisateurs qataris auraient fait appel aux « faux supporters » originaires du sous-continent indien et des pays voisins, dans le cadre du programme Fan Leader, pour combler le vide. Mais ceux-ci, plus intéressés par le potentiel pécunier du ticket, préfèrent revendre les billets au marché noir à prix d’or.


Le fait que la FIFA avait mis des conditions drastiques pour empêcher la mise en place d’un circuit secondaire par des resellers non homologués et donc l’envolée des tarifs dus à des achats anticipatifs par blocs auront été vains pour le cas du Maroc, alors même que les supporters allemands qui misaient sur une qualification cherchent aujourd’hui à se délester de leurs tickets mais peinent à trouver repreneurs sur le net. Restait alors l’éventualité d’obtenir de la FIFA une invalidation des billets potentiellement achetés dans le but de torpiller la fête de la phase finale de la Coupe du monde. Une option qui semble bien hypothétique au vu de sa complexité, les billets ayant été effectivement achetés et donc difficilement remboursables…


De véritables efforts de la FRMF ?

La Fédération royale marocaine de football (FRMF) a annoncé ce dimanche, que « d’importants efforts » fournis par ses soins auprès de la FIFA ont permis d’assurer quelque 5 000 tickets destinés aux supporters marocains pour le match de mardi. Opération de com’ de la part de l’instance du foot national alors que les guidelines de la FIFA pour la compétition prévoient déjà un quota de 8 % aux fédérations des sélections participants aux matchs du second tour ? Toujours est-il que la FRMF n’a pas réellement précisé s’il s’agit d’un surplus effectif obtenu à l’arraché par Fouzi Lekjaâ. En l’occurrence, le stade Education City où se disputera le choc de mardi dispose de 45 000 sièges. Le quota réservé de facto à la fédération marocaine s’élève à priori à 3 600 tickets.


Mais avant même de poser pied au Qatar et devoir affronter la problématique des tickets, les supporters de l’équipe nationale doivent d’abord pouvoir s’envoler pour le Qatar. Une mission pas simple puisque selon les échos parvenus à notre rédaction, le processus de vente de billets d’avion par Royal Air Maroc est parsemé d’embûches. Il est impossible de réserver son vol à travers les plateformes en ligne (site, call center). Des témoignages autour de paybacks exigés par certains agents indélicats de la compagnie à ses guichets nous ont également été relayés, avec en plus, témoignages documentés à l’appui, l’établissement de listes d’attentes sauvages.


D’ici là, le Maroc risque de se présenter face à l’Espagne fortement diminué de son public qui a fait sa force lors des trois matchs de la phase de poules. Une terrible nouvelle pour la sélection marocaine qui compte beaucoup sur son « 12e homme » sur le terrain.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite