En clair
Toutes les réponses aux questions essentielles de l’actu

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
07.03.2021 à 12 H 58 • Mis à jour le 07.03.2021 à 12 H 58
Par

n°665.Le port de Tanger Med va-t-il supplanter son rival espagnol d’Algésiras ?

El Pais analyse la montée en puissance du port de Tanger Med dans le nord du Maroc et de son extension Tanger Med II face à leurs concurrents espagnols, notamment celui d’Algesiras. Si ce dernier tient encore le haut du pavé en Méditerranée, le futur du corridor stratégique de Gibraltar s’inscrit plus dans une logique de « coopétition »

Tanger Med est fier d’être devenu en 2020, en pleine pandémie du Covid-19, le premier port de la Méditerranée en transit de marchandises. Cette année-là, le Maroc a inauguré l’extension Tanger Med II, d’une capacité de six millions de conteneurs supplémentaires. Aujourd’hui, celui-ci peut en accueillir neuf millions et est devenu le premier port de la Méditerranée en termes de capacité. Son coût, estimé à 8,1 milliards d’euros, porte ses fruits.


Constitue-t-il une menace pour son rival espagnol d’Algesiras ?


« Si le port andalou continue d’être le leader de la Méditerranée, avec 107 millions de tonnes transportées en 2020, le port marocain a clôturé l’année avec 80 millions. Ce chiffre, 18 % de plus que l’année précédente, a même conduit Tanger Med à surpasser tous les ports espagnols en unités de conteneurs manutentionnés : 5,7 millions dans le port marocain, contre 5,4 millions à Valence et le 5,1 d’Algésiras », analyse une enquête d’El Pais.


Cependant, les experts du trafic maritime interrogés par le journal espagnol estiment que l’édification de Tanger Med sur la rive sud du détroit de Gibraltar a davantage consacré ce corridor « en un environnement stratégique dans le réseau mondial de marchandises ».


Aussi s’agit-il davantage de « coopétition ou coopétence » que de concurrence. : « Les ports ne sont plus en concurrence, mais les chaînes logistiques. La demande maritime est de plus en plus fiable car Tanger Med sécurise la chaîne. Il y a des entreprises qui ont des terminaux ici et là, et elles le gèrent comme un seul », déclare un expert à El Pais. De ce fait, même si les flux sont analysés dans une perspective nord-sud, Algésiras et Tanger sont condamnés à coopérer sur les marchandises voyageant par camions sur l’axe Europe-Maghreb. Les grand opérateurs de logistique estiment d’ailleurs que Tanger Med et Algésiras constituent en quelque sorte une seule et même grande infrastructure portuaire avec un quai de chaque côté de la Méditerranée.


Se hisser et demeurer au Top 20 mondial

En 2020, la liste de Lloyds des 100 meilleurs ports du monde place Tanger Med à la 35e place, trois places derrière Algésiras. Sur les dix premiers, sept sont chinois. De ce fait, le véritable objectif est de faire partie des 20 premiers ports du monde, constate El Pais, qui souligne que le projet marocain bénéficie d’une vision stratégique de l’Etat englobant toute la région du nord du pays, de conditions salariales compétitives et d’un vaste hinterland où plus de 900 entreprises se sont installées en zones franches.


Si les experts en trafic et infrastructures maritimes estiment que Tanger Med (avec Tanger Med II) a atteint sa taille définitive, c’est aussi le projet de l’autre grand complexe portuaire de Nador West End, situé à 350 kilomètres à l’est de Tanger, prévue pour 2023 qui renforce la future suprématie marocaine en Méditerranée. Il disposera d’une zone franche industrielle et d’une autre réservée aux entreprises de services. Il sera axé sur le traitement des produits pétroliers et pourra accueillir 3,5 millions de conteneurs, rappelle le journal espagnol.