En clair
Toutes les réponses aux questions essentielles de l’actu

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
16.08.2018 à 00 H 17 • Mis à jour le 16.08.2018 à 00 H 19
Par

n°340.Quelles sont les grandes orientations de la note de cadrage du PLF 2019 ?

Saâdeddine El Otmani a du écourter ses vacances pour peaufiner le document avec Abdelkader Amara, nommé intérimaire Finances après le limogeage de Mohamed Boussaïd. La feuille de route tente de concilier des impératifs antagonistes : un volontarisme social d’un côté contre des contraintes budgétaires et le maintien de la cadence en matière d’investissements publics

La note de cadrage du projet de loi de finances (PLF) 2019 a été envoyée le 15 août par le chef du gouvernement aux différents départements ministériels. Le document tente de résoudre une équation difficile de nature à concilier les orientations royales pour un budget axé sur le social, la préservation des équilibres financiers, les engagements du Maroc pris avec les organisations de Bretton Woods et la perpétuation de la politique des grands chantiers


Un baril de pétrole à 68 dollars… 

Selon cette feuille de route de 22 pages, le gouvernement table sur l’hypothèse d’un baril du pétrole à 68 dollars, d’une récolte céréalière de 70 millions de quintaux et d’une hausse des recettes de TVA de 3,7 %. Dans ce contexte, un taux de croissance de 3,2 % pour l’exercice 2019 est espéré par le biais d’un budget de compromis entre l’effort financier nécessaire au renforcement des politiques sociales, la poursuite des grands chantiers et la préservation des équilibres macro-économiques.



Essentiellement basée sur les orientations du roi Mohammed VI exprimées lors du discours royal du 30 juillet, la note donne en quatre axes la priorité aux politiques sociales, tout en assurant la poursuite de la politique rigoriste en matière budgétaire, la continuation de celle des grands chantiers d’infrastructure et valorisant les différentes stratégies sectorielles lancées depuis une décennie.


Education primaire et accès à l’emploi des jeunes

Une équation pour le moins complexe qui donne avant tout la priorité à l’éducation de base avec la mise en œuvre du programme Tayssir de soutien financier aux familles dès la prochaine rentrée scolaire et la généralisation et l’harmonisation de l’enseignement à l’aide notamment des nouvelles technologies digitales, peut-on lire sur le document.


Second volet, celui de l’appui aux jeunes en matière d’accès au marché du travail, avec mention spéciale pour l’entrepreunariat individuel. Le Plan national pour l’emploi censé accompagner les stratégies sectorielles devra bénéficier d’une manne budgétaire directe et d’incitations fiscales pour la création d’emplois. Un objectif articulé avec la stabilisation du dialogue social par une charte sociale triennale négociée avec les partenaires sociaux, prenant en compte leurs revendications, mais l’œil rivé sur les indicateurs de compétitivité du pays.


Santé publique et ciblage des couches défavorisées

Le plan Santé étalé sur cinq ans est par ailleurs intégré dans ses aspects qualitatifs et logistiques pour une meilleure prise en charge des patients dans les hôpitaux publics, une gestion plus fluide des stocks disponibles de médicaments et d’une géolocalisation plus appropriée du corps médical.


Les ratés du RAMED seront adressés dans le cadre de la pérennisation des ressources du Fonds de cohésion sociale ainsi que le lancement de la couverture médicale pour les travailleurs indépendants et les non-salariés, tandis que le registre social unique (RSU) permettant le ciblage des classes les plus défavorisées par les différents programmes d’aide publiques fait aussi partie des priorités. aussi, le pouvoir d’achat, particulièrement celui des démunis et des classes moyennes sera, selon le document, pris en compte par le prochain budget de la nation.


En matière d’incitation du privé, outre la réforme fiscale et la lutte contre la corruption, la réforme des CRI est citée en évidence selon les directives royales, tout comme les thématiques liées à la démocratie et aux droits humains.


Sur le plan de la charpente institutionnelle, une charte de décentralisation administrative, fondement du projet tant attendu de régionalisation avancée sera finalisée dès octobre, tout comme le mécanisme de partenariat public-privé étendu aux régions et aux communes, afin d’accélérer les Plans de développement régionaux (PDR).