En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
28.06.2021 à 16 H 00 • Mis à jour le 28.06.2021 à 16 H 00
Par

Affaire Brahim Ghali: le plaignant entendu mardi par la justice espagnole

Le dissident sahraoui El Fadel Breika sera entendu ce mardi à partir de dix heures par le juge d’instruction de l’Audiencia nacional de Madrid, Santiago Pedraz, rapporte ce lundi l’agence Europa Press. Breika et deux associations sahraouis de droits humains accusent le leader du Front Polisario, Brahim Ghali, de « génocide », « torture » et « lèse-humanité ». Ce dernier avait nié ces accusations devant le juge Pedraz, le 1er juin dernier, avant de quitter l’Espagne suite à son traitement du Covid reçu à l’hôpital de Logroño, dans le nord de la péninsule.


Breika sera accompagné de trois témoins, « sa femme et deux autres personnes qui auraient été détenues et libérées en même temps que l’activistes sahraouis et auraient été présents lors des abus dénoncés », ajoute l’agence de presse. La même source rappelle, qu’« initialement, la plainte était tombée dans les mains du juge José De la Mata –  aujourd’hui à Eurojust [l’Unité de coopération judiciaire de l’Union européenne, ndlr] –  qui avait décidé de la classer ». Pedraz l’a ensuite réactivée en janvier, « notant que les faits dénoncés pourraient constituer des délits de détention illégale et tortures, mais ne concernent pas celui de lèse-humanité étant donné qu’aucun élément ne suppose une attaque généralisée à la population civile ».


Peu de temps après, le juge de l’Audiencia nacional a déclaré recevable une deuxième plainte, signée par l’Association sahraouie pour la défense des Droits humains (ASADEDH) contre Ghali et 27 autres personnes pour « maltraitance de prisonniers de guerre et de citoyens sahraouis, particulièrement ceux d’origine espagnole », indique Europa Press.



©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct