logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
27.05.2022 à 08 H 37 • Mis à jour le 27.05.2022 à 08 H 37
Par
Agression sexuelle

Affaire Jacques Bouthier: le patron d’Assu 2000 a aussi fait une victime à Tanger

Révélée par la presse française cette semaine, l'affaire de Jacques Bouthier, patron d'Assu 2000, écroué pour viols sur mineures notamment, continue de faire parler d'elle. Ce vendredi, c'est une autre victime marocaine qui a décidé de briser le silence, en affirmant avoir été agressée sexuellement par l'homme d'affaires français. Au micro de BFM TV, la Marocaine précise qu'elle a été approchée et harcelée, alors qu'elle officiait dans une succursale d'Assu 2000 à Tanger.


Comme nous le précisions précédemment, le groupe d'assurance a aussi une forte présence à Tanger où il détient plusieurs sociétés. Aux journalistes français, la victime tangéroise déclare avoir été licenciée en novembre 2021, juste après avoir refusé les avances de Jacques Bourthier. Des responsables de la société auraient joué le rôle de rabatteurs, fait-elle savoir.


« Cette femme d'une vingtaine d'années a commencé à travailler en 2017 dans les bureaux d'Assu 2000 à Tanger, au Maroc », relève BFM TV. « Lors de ma formation, ils [des cadres de l’entreprise] m'expliquent que je suis clairement le style de Jacques Bouthier », raconte-t-elle. En octobre 2017, Bouthier se rend à Tanger, pour visiter les bureaux d'Assu 2000. « Il vient à côté de moi, il touche mon épaule, et je le repousse », narre-t-elle. Le PDG aurait ensuite déclaré, en pleine réunion : « Quelle beauté, quelle belle poitrine ».


Ses avances seront renouvelées lors d'une soirée au Consulat de France, toujours à Tanger, quelques mois plus tard. «  Vous êtes belle, vous méritez d'être traitée comme une reine », lui lance-t-il, avant de lui faire savoir qu'il existe « des petites cachettes » au Consulat de France.


Après ses refus, la jeune femme affirme avoir été « placardisée ». Et alors qu'elle se tourne vers Jacques Bouthier pour tenter de régler ses problèmes, il lui écrit par message : « Ne t’inquiète pas, on va coucher ensemble et tout ira mieux. J’espère que tu suces bien, tu as une belle bouche de suceuse ». Elle refuse encore une fois et est directement licenciée. Face à cette affaire, et depuis la mise en examen du septuagénaire, la Marocaine a décidé de déposer plainte en France pour harcèlement sexuel et moral.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct