En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
13.07.2021 à 17 H 53 • Mis à jour le 13.07.2021 à 17 H 59
Par
DIDH

Affaires Raissouni-Radi : La déclaration du porte-parole du Département d’Etat US « est basée sur des informations partiales »

La déclaration de Ned Price, porte-parole du Département d'Etat américain au sujet des deux affaires en justice est basée sur des informations « partiales » émanant exclusivement des soutiens des accusés, soutient la Délégation Interministérielle aux Droits de l’Homme (DIDH)

La déclaration du porte-parole du Département d’Etat américain, Ned Price, « au sujet de deux mis en cause, dont le premier (Soulaiman Raissouni, ndlr) a été condamné, en première instance, à une peine de cinq ans de prison ferme pour une affaire de droit commun, tandis que le deuxième (Omar Radi, ndlr) est en cours de jugement, est basée sur des informations partiales émanant exclusivement des soutiens des accusés », a souligné, mardi, la Délégation Interministérielle aux Droits de l’Homme (DIDH).


« Ces informations ont sciemment occulté le point de vue des plaignants et de leurs défenses, allant jusqu’à renier leur statut même de victime et leur droit universellement reconnu à déposer plainte », a précisé dans un communiqué la Délégation après avoir pris connaissance du contenu de cette déclaration rendue publique lundi. De même, a poursuivi la Délégation, « il a été constaté avec étonnement que la déclaration du porte-parole du Département d’Etat américain se réfère uniquement aux allégations de la personne condamnée, en se focalisant sur son statut professionnel, et à des prétendues “violations des normes relatives au procès équitable” , alors que le parquet compétent dans son communiqué du 12 juillet 2021 a clairement mis en exergue le caractère équitable dudit procès ».


« Le Maroc étant attaché au respect des droits fondamentaux de tous les justiciables, quels que soient leurs statuts, par conséquent l’indépendance du pouvoir judiciaire, consacrée par la Constitution de 2011 et découlant des réformes substantielles impulsées au Royaume, depuis plus de deux décennies, est garante du respect de ces droits fondamentaux », a insisté la DIDH.


Dans ce sens, « le Maroc demeure profondément attaché à la consolidation des valeurs des libertés individuelles et collectives, notamment les libertés d’expression et d’association, qui ne cessent de se développer, dans le cadre d’une société prospère, tolérante et inclusive, bannissant l’arbitraire, l’injustice et la violence », a conclu la Délégation.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct