En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
09.03.2021 à 12 H 46 • Mis à jour le 09.03.2021 à 13 H 06
Par
Droits

Après l’avoir nié, l’administration pénitentiaire confirme la grève de la faim de Maâti Monjib

Annoncée par son comité de soutien le 5 mars, Maâti Monjib a décidé d’entrer en grève de la faim pour contester son incarcération depuis le 29 décembre mais aussi son condamnation pour un an de prison ferme. La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) niait dans un premier temps. Ce mardi, elle confirme que l’historien et militant des droits humains est entré en grève de la faim, mais seulement depuis ce lundi.


Le communiqué de la DGAPR affirme que « le détenu (M.M) à la Prison locale El Arjat 2 a insisté pour entamer une grève de la faim, qui aurait des conséquences sur sa santé, malgré les tentatives de le dissuader », indique-t-on.


« Le détenu a avisé oralement, lundi après-midi, l’administration de l’établissement pénitentiaire d’avoir entamé une grève de la faim en raison de l’affaire objet de sa détention et ce, contrairement à ce qui a été colporté par certaines parties qui prétendent que le détenu en question avait entamé cette grève depuis le 4 mars 2021 », précise la DGAPR.


« Malgré les tentatives de l’administration de la Prison locale El Arjat 2 de le dissuader d’entamer cette grève de la faim, qui aurait des conséquences sur sa santé, le détenu tenait fermement à sa décision, ajoute la mise au point. Après son insistance, la personne concernée a été placée sous le suivi du staff médical de l’établissement pénitentiaire et les autorités judiciaires compétentes ont été avisées », a fait savoir la même source.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct