logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
25.09.2022 à 10 H 53 • Mis à jour le 25.09.2022 à 11 H 20 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Ukraine-Russie

De retour au Maroc, Brahim Saadoun remercie ses libérateurs et appelle à se solidariser avec Kiev

Ce sont les premières déclarations de Brahim Saadoun, après son retour au Maroc samedi soir. Dans une interview accordée à l’AFP depuis le domicile de ses parents à Casablanca, le jeune homme de 21 ans qui avait été fait prisonnier par les forces pro-russes, revient sur sa libération. Il affirme être « heureux de rentrer à la maison après être passé par des moments très difficiles ».


Ancien étudiant à la Faculté des technologies aérodynamiques et spatiales de Kiev, il avait été condamné à mort le 9 juin par les autorités séparatistes de Donetsk pour avoir combattu dans l’armée ukrainienne comme « mercenaire ».


« Je veux attirer l'attention sur la situation difficile en Ukraine et la lutte de son peuple en cette période douloureuse », a-t-il déclaré à l'AFP.


Libéré grâce à une médiation du prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane (MBS), il a remercié l’Arabie Saoudite, le gouvernement turc ainsi que le peuple marocain « qui s'est solidarisé » avec lui.


Il faisait partie des prisonniers de guerre étrangers – dont cinq Britanniques et deux Américains – dont MBS a obtenu la libération dans le cadre d’un échange entre Moscou et Kiev.


Pour sa part, le père de Brahim Saadoun évoque un sentiment de joie indescriptible, adressant ses remerciements au roi Mohammed VI ainsi qu'au prince MBS pour son rôle dans la libération de son fils qui, indique-t-il, « a souffert de l'emprisonnement », ajoutant qu’ « il va se rétablir et se remettre à ses études ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct