logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
03.11.2021 à 13 H 46 • Mis à jour le 03.11.2021 à 14 H 05
Par
Sahara

Camions algériens détruits: Alger pointe du doigt le Maroc

Dans l'affaire des camions algériens détruits, faisant trois décès, un communiqué de la présidence de la république d'Algérie vient d'être diffusé ce 3 novembre. Il pointe du doigt le Maroc avançant que « plusieurs facteurs désignent les forces d'occupation marocaines au Sahara Occidental comme ayant commis avec un armement sophistiqué ce lâche assassinat à travers cette nouvelle manifestation d'agressivité brutale qui est caractéristique d'une politique connue d'expansion territoriale et de terreur ».


« Les trois victimes innocentes de cet acte de terrorisme d'Etat rejoignent, en ce glorieux jour du 1er novembre, les martyrs de la libération nationale qui font de l'Algérie Nouvelle la citadelle des valeurs et des principes de son Histoire éternelle. Leur assassinat ne restera pas impuni », affirme la même source.


Pour rappel, diverses sources médiatiques proches du Polisario avaient relayé l'information d'un bombardement de camions, ayant occasionné trois décès. Les faits auraient eu lieu au niveau de l'axe routier faisant la liaison Nouakchott-Ouargla, avance le communiqué de la présidence algérienne. Le site algérien spécialisé Mena Defense avait précisé que le bombardement aurait eu lieu entre Ain Bentili (Mauritanie) et Bir Lahlou, situés au-delà du mur de défense militaire des FAR, tandis que les organes proches du Polisario précisaient que le tout aurait eu lieu en territoire mauritanien.


Une information partiellement démentie ce 2 novembre par la diplomatie mauritanienne, réfutant tout bombardement à l'intérieur de son territoire national.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct