S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
12.02.2024 à 02 H 49 • Mis à jour le 12.02.2024 à 09 H 59 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Football

CAN 2023 : le bel hommage des Ivoiriens au Maroc après leur sacre

La Côte d’Ivoire n'a pas oublié ce qu'elle doit au Maroc, et l'a montré après son sacre miraculeux à la CAN 2023 dans le stade Alassane Ouattara

La Côte d'Ivoire a remporté sa CAN, à domicile, face au Nigéria (2-1) après une finale à rebondissements. Un sacre qui tient du miracle au vu du parcours chaotique des Eléphants, qui, au bord du précipice après une phase de poules désastreuse, ont été sauvés in extremis par le Maroc après une place de meilleur troisième qui leur a permis d’effacer le grand Sénégal en huitièmes de finale et filer vers le podium dans la suite que l’on connait… En demi-finales, disputées mercredi dernier, la Côte d’Ivoire a éliminé la RD Congo (1-0).




Depuis cette résurrection, les Ivoiriens n'ont jamais oublié de remercier le Maroc et ce dimanche, après le sacre, n'a pas fait exception : Max-Alain Gradel a tenu à défiler avec l’étendard chérifien, sous les acclamations de près de 60 000 fans survoltés dans le chaudron Alassane Ouatara d’Abdijan.


« La fin d’un tournoi fou et les dernières lignes d’un roman que seul le sport sait écrire. Il y a même pas quinze jours, sans une victoire du Maroc dans un match sans réel enjeu pour eux face à la Tanzanie, la Côte d’Ivoire aurait été piteusement éliminé dès les phases de poules. Qui s’en souvient aujourd’hui ? Au moins Gradel, qui a brandi juste avant de monter sur le podium un drapeau marocain en guise de remerciement, avant de faire le tour du terrain avec. Le capitaine des Elephants n’a pas la mémoire courte », a commenté la presse parisienne.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct