En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
18.06.2018 à 23 H 13 • Mis à jour le 18.06.2018 à 23 H 13
Par et
Afrique

CEDEAO: le projet d’une monnaie unique à l’horizon 2020 refait surface

Le projet d’une monnaie unique dénommée “ECO”  au sein de l’espace de la Communauté économique des Etas de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à l’horizon 2020 est réalisable, a affirmé, lundi à Accra, le Commissaire chargé des Politiques Macroéconomiques et de la Recherche Economique au Secrétariat de la CEDEAO, Kofi Konadu Apraku.


« Toutes les mesures sont mises en place afin d’éviter un nouveau report de la création d’une monnaie unique au sein de l’espace CEDEAO, un projet crucial pour l’intégration sous régionale », a noté Apraku, lors d’une réunion de haut niveau, tenue dans la capitale ghanéenne, rapporte le portail d’information Ghana Business.


Il a relevé la volonté politique des dirigeants actuels de la CEDEAO de réaliser ce projet, ce qui a conduit à la mise en place de la Task force présidentielle, chargée de superviser la mise en œuvre accélérée du programme d’intégration monétaire et d’assurer la création de la monnaie unique d’ici 2020.


La réunion d’Accra porte sur l’examen du rapport d’étude final de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) sur le projet de la monnaie unique de la CEDEAO.


Les représentants des banques centrales de l’Afrique de l’Ouest, des ministères des finances, de la Commission économique pour l’Afrique et de la Commission de la CEDEAO participant aux travaux de la réunion se pencheront, deux jours durant, sur l’évaluation des progrès réalisés par les pays membres de la Communauté dans le respect des critères de convergence vers la monnaie unique.


Lire aussi : Le Maroc pourrait abandonner le dirham à terme en intégrant la CEDEAO

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Revenir au direct