En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
12.06.2017 à 10 H 02 • Mis à jour le 12.06.2017 à 10 H 02
Par et

Crise du Golfe: Après Mohammed VI, Alpha Condé offre sa médiation

Le président guinéen Alpha Condé a écrit dimanche à l’Arabie saoudite pour offrir sa médiation dans la crise déclenchée par la rupture des relations diplomatiques entre Riyad (et ses alliés) et le Qatar, selon une copie de la lettre vue par Reuters.


Lire aussi : Crise du Golfe : Mohammed VI propose ses « bons offices »


Alpha Condé a connu un certain succès en aidant à résoudre des crises régionales, notamment en persuadant le président gambien Yayha Jammeh de partir en exil début 2017 après une défaite électorale.


“Je voudrais vous réaffirmer mon entière disponibilité, en ma qualité de président en exercice de l’Union africaine et de président d’un pays musulman, membre fondateur de l’OCI (Organisation pour la coopération islamique), pour apporter mon intermédiation et oeuvrer, sans relâche, avec toutes les bonnes volontés du monde, afin de trouver une solution pacifique et rapide à cette crise inopportune entre des frères amis” , a écrit dimanche le président Condé au roi Salman.


Un responsable de la présidence a confirmé l’authenticité de la lettre. Alpha Condé faisait partie de la délégation officielle de dirigeants musulmans qui se sont rendus en Arabie saoudite lors de la visite de Donald Trump à Ryad au mois de mai.


Le Tchad, le Niger et le Sénégal ont rappelé leurs ambassadeurs au Qatar. La Mauritanie et l’Egypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec Doha.


Le Koweït, qui a conservé des relations avec le Qatar et qui a souvent joué les médiateurs dans les différends régionaux, a fait savoir qu’il souhaitait résoudre la crise “à l’intérieur de la maison Golfe unifiée” .

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Revenir au direct