En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
14.07.2020 à 11 H 21 • Mis à jour le 14.07.2020 à 11 H 21
Par
Equipement

Des investissements annuels d’environ 40 MMDH pour la prochaine décennie

Des investissements d’environ 40 milliards seront réalisés chaque année dans les divers domaines de compétence du ministère de l’Équipement, a annoncé lundi à Rabat le ministre de l’Équipement, du transport et de la logistique, Abdelkader Amara.


Répondant à une question centrale à la Chambre des représentants sur « les mesures du gouvernement pour la continuité des grands chantiers d’équipement et soutenir le secteur du transport », Amara a fait savoir qu’il s’agit de parachever le méga-projet de voie express Tiznite-Laâyoune- Dakhla pour un investissement de plus de 10 MMDH et d’assurer le raccordement routier du port du Nador West Med pour 1,3 MMDH, en plus de l’autoroute Guercif-Nador (4,5 MMDH).


On prévoit aussi le triplement des tronçons d’autoroute au niveau de la région Casablanca-Settat avec un investissement dépassant les 5 MMDH, a-t-il ajouté. « Nous sommes en train de boucler une étude sur le projet relatif à l’autoroute Marrakech El Kelâa –  Beni Mellal –  Khenifra, d’un cout de quelque 12 MMDH », a-t-il relevé, précisant que 430 MMDH ont été investis en 20 ans dans des domaines relevant des compétences du ministère.


D’autre part, le responsable gouvernemental a souligné que la pandémie de coronavirus a eu des répercussions négatives sur les secteurs de l’équipement, du transport, de la logistique avec des proportions variables. Concernant le transport en commun des voyageurs, le transport mixte a cessé totalement son activité, le transport ferroviaire a connu un arrêt de 80 %, tandis que le transport des employés et le transport touristique ont vu cesser l’essentiel de leur activité, a-t-il précisé.


Selon Amara, les chantiers ont été arrêtés à hauteur de 55 % dans le domaine routier, de 7 % au niveau des ports, de 5 % pour les autoroutes, de 50 % au niveau des chemins de fer et de 14 % concernant les barrages.


Durant la période du confinement, le transport routier de marchandises aux niveaux national et international ainsi que les ports ont poursuivi leurs activités eu égard à leur importance en termes d’approvisionnement du Royaume, a-t-il ajouté.


Le ministère a veillé, entre autres, à l’adoption de mesures à caractère urgent, mais aussi les moyen et long termes, a-t-il dit, ajoutant que l’accent est mis sur la reprise de l’activité des entreprises du secteur des travaux publics au niveau notamment des routes, des ports, des barrages et des chemins de fer.


En ce qui concerne la reprise de l’activité des entreprises de transport routier et touristique, de transport en commun des voyageurs et de transport mixte, le ministre a expliqué que ce dossier a été traité en deux phases à travers l’instauration de cahiers de charges. A cet égard, 168 entreprises de transport et 80 gares routières ont repris leur activité, alors que le transport ferroviaire a repris son activité à presque 100 %, à l’exception la ville de Tanger.


De même, les centres de visite technique ont repris leur activité, sachant que 850.000 véhicules sont en attente de contrôle technique, a-t-il poursuivi.


Le ministre a rappelé à ce propos que la validité des procès techniques a été prolongée jusqu’au mois d’août, notant qu’il est de même pour les certificats de qualification et de classification des entreprises, des laboratoires et des bureaux d’études qui ont vu leur durée de validité prolongée de six mois.


S’agissant des mesures liées au moyen et au long termes, Amara a souligné que le plan du ministère se basent sur trois principaux objectifs, à savoir le renforcement des investissements publics avec une répartition régionale équitable, le soutien aux PME, l’intégration du secteur informel et la consécration des principes de bonne gouvernance.

Revenir au direct