En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
18.10.2018 à 16 H 52 • Mis à jour le 18.10.2018 à 16 H 52
Par et
Tétouan

Deux ans de prison ferme pour avoir dénoncé la mort de Hayat

Un jeune tétouanais, de 32 ans, a été condamné à deux ans de prison ferme pour avoir protesté contre la mort de la jeune migrante Hayat B, décédée sous les tirs de la Marine royale le 25 septembre. Selon une dépêche de l’AFP qui rapporte l’information, le jeune, dénommé Soufiane Al-Nguad a été poursuivi pour « outrage au drapeau national », « propagation de la haine » et « appel à l’insurrection civile », selon son avocat Jabir Baba.


Début octobre, il avait été arrêté en marge des troubles lors d’un match de football le 30 septembre à Tétouan, quelques jours après le décès de Hayat. Selon son avocat, cité par l’AFP, Soufiane Al-Nguad avait appelé, via Facebook, le groupe des « Lots Matadores » du club tétouanais à « manifester et à porter des habits noirs de deuil » pour protester contre la mort soudaine de Hayat B, dont l’âge ne dépassait pas 20 ans.


Tuée par balles alors qu’elle voulait se rendre illégalement en Europe, le sort de la jeune Hayat. avait ému les habitants de la ville du nord. Protestations et indignations avaient émaillé un match de football quelques jours après. Plusieurs supporters avaient été arrêtés pour avoir brandi des drapeaux espagnols et crié des slogans comme « Viva Espana ».

Revenir au direct