En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.01.2021 à 10 H 23 • Mis à jour le 21.01.2021 à 10 H 30
Par

En guise de représailles, Zefzafi et ses compagnons transférés vers différentes prisons

D’après un communiqué de la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion, une décision a été prise pour le transfert des prisonniers du Hirak rifain, détenus à la prison local « Tanger 2 », vers d’autres établissements, les séparant, sans pour autant préciser la localisation exacte. L’administration dirigée par Mohamed Salah Tamek explique cette décision par « le comportement illégal » de ces détenus.


Le communiqué affirme que « les détenus de la prison locale Tanger 2 condamnés dans le cadre des évènements de Al Hoceima, insistent sur l’utilisation du téléphone fixe pour passer des appels qui ne rentrent dans pas le cadre familial, ce qui est devenu pour eux un moyen de publier des enregistrements et échanger des messages cryptés avec leurs familles, suivant des instructions données par le père de l’un deux », ajoutant qu’ « on revendique des droits qui n’ont aucun rapport avec les circonstances de leur détention, compromettant ainsi les contrôles légaux et réglementaires en place dans les établissements pénitentiaires », indique-t-on.


« À la lumière de leur refus de se plier aux ordres de l’administration et d’ignorer ses avertissements répétés, ne respectant donc pas les institutions de l’État en menaçant, en outre, de faire des grèves de la faim groupées, et compte tenu de la responsabilité de maintenir la sécurité des établissements pénitentiaires d’assurer la sécurité de leurs détenus et de prendre toutes les mesures nécessaires à cet effet, l’administration pénitentiaire a décidé de transférer les détenus en question vers d’autres établissements pour mettre fin à ces comportements honteux et à ces violations graves », souligne la communication. Celle-ci ajoute que « les services des établissements vers lesquels ils seront transférés leur permettront de contacter leur familles afin de les informer de la destination de leur arrivée ». 


Ce 20 janvier, le père de Nasser Zefzafi a déclaré dans un live transmis sur Facebook que les six prisonniers du Hirak rifains détenus à Tanger 2, dont son fils, comptaient entamer « une grève de la faim ouverte », en raison de l’interdiction qui leur a été donnée de discuter avec leurs familles sur des autres que familiaux mais aussi leur impossibilité de prendre contact avec des personnes avec qui ils ne sont pas apparentés.


En septembre dernier, La DGAPR avait accepté de répondre à une des principales revendications des détenus du Hirak en les regroupant dans la prison de Tanger. Le transfert avait été décidé à la suite d’une grève de la faim menée par les militants rifains.









Par
Revenir au direct