En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
18.01.2022 à 09 H 03 • Mis à jour le 18.01.2022 à 09 H 03
Par
Sahara

Enfant-soldat à Tindouf: l’ONU affirme que De Mistura n’a rien vu

En réaction à la diffusion d’une photo de l’Envoyé spécial de l’ONU, Staffan De Mistura, en compagnie d’un enfant-soldat du Polisario dans les camps de l’ONU, le porte-parole d’Antonio Guteress, Stéphane Dujarric, a apporté des éclaircissements ce 17 janvier lors d’un point de presse.


« L’Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara occidental, M. Staffan de Mistura, a rencontré de hauts responsables marocains à Rabat et des représentants du Front Polisario à Tindouf/Rabouni. Il est aujourd’hui à Nouakchott où il devait rencontrer les autorités mauritaniennes. Il se rendra ensuite, plus tard cette semaine, à Alger pour rencontrer les autorités algériennes », a-t-il dans un premier temps rappelé.


Il a par la suite poursuivi en déclarant : « en réponse aux questions sur ce que l’Envoyé spécial a vu durant sa visite à Tindouf, le Porte-parole a indiqué qu’une foule importante était présente lors de la visite du camp par l’Envoyé spécial. M. de Mistura n’a pas vu tout le monde mais n’a certainement vu aucun enfant soldat comme cela a été rapporté par certains ».  


Pour rappel, selon les images diffusées par la communication officielle d’Alger, un enfant-soldat était bien présent aux côtés du diplomate italo-suédois, alors que « le recrutement et l’utilisation d’enfants dans les conflits armés sont strictement interdits par le droit international » et que l’enrôlement d’enfants d’un certain âge pouvant d’ailleurs s’apparenter à « un crime de guerre », avait noté la presse semi-officielle marocaine ce lundi.


Staffan de Mistura a entamé, depuis jeudi, sa visite dans la région depuis Rabat, étape durant laquelle la diplomatie marocaine a réitéré ses positions à savoir l’autonomie du territoire comme unique cadre de discussions et l’implication des quatre belligérants du conflit régional, soit le Maroc, l’Algérie, le Polisario et la Mauritanie.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct