logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
20.10.2022 à 22 H 38 • Mis à jour le 20.10.2022 à 22 H 38 • Temps de lecture : 2 minutes
Par et
Justice

« Escroquerie » au bitcoin: à Casablanca, un jeune français condamné à 18 mois de prison

Un Français de 21 ans, Thomas Clausi, reconnu coupable jeudi au Maroc d’« escroquerie » et d’usage illégal de cryptomonnaie, a été condamné à 18 mois de prison et à une amende d’environ 3,4 millions d’euros, rapporte ce jeudi soir l'agence de presse française, AFP.


Incarcéré depuis le 23 décembre 2021, Clausi, qui s’est présenté comme un entrepreneur devant le juge, a comparu devant la chambre criminelle du tribunal de Casablanca, compétent pour les affaires pénales. Il était accusé d’« escroquerie » et de « paiement avec une monnaie étrangère sur le territoire marocain », notamment pour avoir utilisé des bitcoins pour s’acheter une voiture de luxe.


Son avocat, Mohamed Aghnage, a précisé à l’AFP qu’il avait l’intention d’interjeter appel. Le procès avait été reporté à plusieurs reprises.


Durant son audition, le Français a plaidé l’innocence. «  Je ne savais pas que l’usage de cryptomonnaie était interdit au Maroc. Et j’insiste surtout sur le fait que toutes ces transactions ont été faites en France », a-t-il déclaré. Il était poursuivi à la suite d’une plainte pour « escroquerie » déposée par une Française résidente à Casablanca qui lui avait vendu une Ferrari contre un paiement en bitcoin d’une valeur de 400 000 euros. « La transaction a bien eu lieu, il n’y a aucune escroquerie. Thomas (Clausi) s’est engagé à lui rendre la voiture après son arrestation, ce qui prouve sa bonne foi », a plaidé Me Aghnage.


Cet accord à l’amiable « n’annule pas les préjudices subis par ma cliente », a répondu de son côté l’avocat de la partie civile, Me Mohamed Belkedioui. Ce dernier représentait également un autre plaignant, un Marocain, qui a accusé Clausi de l’avoir escroqué en lui donnant un chèque sans provision au nom d’une tierce personne -- obtenu par le jeune Français en échange de bitcoins -- pour s’offrir trois montres de luxe.


L’accusé a affirmé devant la cour qu’il ne « savait pas que ce chèque était sans provision, qu’il avait rendu deux des montres et qu’il était prêt à rendre la troisième ». Le tribunal l’a condamné à dédommager le propriétaire des montres à hauteur de 40 000 dirhams, en plus de l’amende de 3,4 millions d’euros en faveur de l’administration des douanes.


Selon le père de Thomas Clausi, le jeune homme, originaire de Moselle (est de la France) s’était installé au Maroc avec le projet de créer une néo-banque en Afrique.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Revenir au direct