En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
14.08.2021 à 16 H 10 • Mis à jour le 14.08.2021 à 16 H 10
Par
Madrid-Rabat

Espagne : Des ONG dénoncent l’expulsion des mineurs marocains de Sebta

Des groupes de défense des droits humains ont dénoncé samedi l’expulsion par l’Espagne d’enfants non accompagnés vers le Maroc, qualifiant les expulsions d’illégales et demandant l’arrêt immédiat du processus, rapporte l’agence AP.


Le porte-parole d’Amnesty International, Ángel Gonzalo, a déclaré que les expulsions de mineurs avaient commencé vendredi et se poursuivaient samedi. La station de radio espagnole Cadena Ser a déclaré que 15 enfants avaient jusqu’à présent été expulsés de l’enclave espagnole de Sebta (Ceuta).


Le ministère de l’Intérieur et la police espagnole n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires ou confirmé le nombre d’enfants concernés. Ces retours s’inscrivent dans le cadre d’un accord conclu entre Rabat et Madrid.

 

« Nous écrivons au ministère de l’Intérieur pour leur demander d’arrêter ces expulsions immédiatement et pour demander de la transparence sur leurs actions », a déclaré Gonzalo, ajoutant que l’organisation s’adressait aux procureurs car « ces expulsions violent le droit international ».


L’Espagne est légalement obligée de s’occuper des jeunes migrants jusqu’à ce que leurs proches puissent être localisés ou jusqu’à ce qu’ils aient 18 ans.


L’ONG Save The Children, quant à elle, a exhorté les autorités espagnoles à évaluer les besoins de chaque enfant et à ne pas les expulser en masse. Selon les données qu’elle a recueillies, environ un quart des enfants migrants qu’elle a interrogés à Ceuta avaient subi des abus dans leur pays d’origine.


Des centaines de mineurs non accompagnés faisaient partie d’une vague de 10 000 personnes qui ont tenté d’entrer à Ceuta en mai en escaladant la clôture frontalière ou à la nage. Le Maroc a depuis repris la plupart des migrants.


L’épisode a eu lieu après que l’Espagne a accepté de fournir un traitement médical à Brahim Ghali, chef du Polisario, provoquant une crise diplomatique avec Rabat.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct