En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
12.04.2021 à 11 H 55 • Mis à jour le 12.04.2021 à 11 H 55
Par
Polémique

Expulsée du Maroc, l’activiste pro-migrants Helena Maleno accuse Madrid et Rabat

La militante espagnole des droits des migrants Helena Maleno a exigé ce lundi aux gouvernements marocain et espagnol qu’« ils [la] protègent » des « violences et des menaces » dont qu’elle et sa famille subissent. « Le 23 janvier dernier, j’ai été violemment déportée et expulsée du Maroc, le pays où j’ai vécu pendant ces 20 dernières années, et où ont grandi mes enfants. Ils ne m’ont même pas permis de me réunir avec ma famille de 14 ans dont j’ai été séparée pendant 32 pénibles jours », raconte-t-elle dans une vidéo publiée sur Twitter, ce lundi.


Maleno, qui a fondé en Espagne et au Maroc l’association de protection des droits des migrants Caminando Fronteras, assure avoir « été victime d’un total de 37 attaques depuis avril 2020, entre menaces de mort, agressions, poursuites, surveillance policière, écoutes téléphoniques et deux assauts à [son] domicile familial ». Elle ajoute que le ministère espagnol de l’Intérieur, « en particulier l’Unité centrale des réseaux d’immigration illégale et de falsification des documents (UCRIF) en collaboration avec la police marocaine, sont les responsables de ce harcèlement qui a mis en danger [sa] vie et celle de [sa] fille ».


En 2017, le parquet de Tanger a ouvert une enquête criminelle pour « trafic d’êtres humains, favorisation de l’immigration irrégulière et association de malfaiteurs ». En 2019 et après 15 mois de procès, l’affaire a été classée sans suite par la Cour d’appel de Tanger, qui a confirmé les conclusions du juge d’instruction, indiquant l’inexistence d’aucune preuve de crime commis par la militante. « Cependant, après des années de criminalisation et de procès remportés en Espagne comme au Maroc, dérivés de montages policiers, et qui se sont soldés par la reconnaissance de son travail de défense des droits des migrants, les violences contre elle et sa famille n’ont pas cessé », lit-on sur un communiqué publié par l’association.

Par
Revenir au direct