En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
23.10.2020 à 18 H 12 • Mis à jour le 23.10.2020 à 21 H 08
Par
Notation

Fitch Ratings: le Maroc perd son « investment grade »

L’agence de notation Fitch Ratings a annoncé, ce 23 octobre, l’abaissement de la note souveraine du Maroc de BBB- vers BB+, indique-t-on. La baisse de la notation, d’après Fitch, s’explique par l’impact de la pandémie du Covid-19 sur l’économie marocaine et les finances publiques et extérieures, précise l’agence basée à New York.


« Les autorités visent à limiter la détérioration des finances publiques, mais un impact persistant de la pandémie sur le budget et les projets d’extension des services sociaux dans un contexte de recrudescence du chômage compliqueront les efforts de stabilisation de la dette », relève Fitch Ratings sur son site web. « Une forte baisse des recettes fiscales entraînera une détérioration importante du déficit budgétaire en 2020. Nous prévoyons que le déficit du gouvernement central s’élargira à 7,9 % du PIB contre 4,1 % (hors recettes de privatisation) en 2019 », poursuit-on.


Fitch Ratings souligne que « les déficits budgétaires importants et une croissance faible entraîneront une forte augmentation de la dette publique. Nous prévoyons que la dette GG augmentera à 68,5 % du PIB en 2021 contre 56,4 % en 2019 et restera stable en 2022 ».  La note souveraine du Maroc est pour cela abaissé de BBB- à BB+.


Dans sa note publiée sur son site, Fitch Ratings ne manque pas de mentionner que l’appui budgétaire récent à des entreprises telles que la Royal Air Maroc limitera potentiellement les risques budgétaires futurs.


En mars dernier, Fitch Ratings prédisait des risques de dégradation du déficit des comptes courants (CAD) et des finances extérieures du Maroc, en signalant toutefois que le Royaume dispose de tampons pour gérer les pressions accrues, notamment la volonté affichée d’ajuster la flexibilité du régime de change.





Par
Revenir au direct