En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.11.2021 à 17 H 21 • Mis à jour le 24.11.2021 à 17 H 21
Par
Espagne

Fuite de passagers à Majorque : trois fugitifs marocains arrêtés

La police nationale et la garde civile espagnole ont procédé la nuit dernière à l’arrestation de trois Marocains dans la ville majorquine de Sencelles, rapporte ce mercredi l’agence de presse espagnole EFE.


Les personnes interpellées font partie des derniers passagers toujours recherchés par la police espagnole depuis l’affaire de l’avion ayant atterri d’urgence à Palma pour une fausse urgence médicale. Selon le média espagnol Okdiario, la police nationale espagnole a déjà procédé à l’arrestation de 19 passagers, et il resterait encore encore « six fugutifs à localiser et à arrêter, l’enquête reste donc ouverte », précise le site d’actualité.


En plus des trois passagers, deux autres hommes, également d’origine marocaine, ont été arrêtés, souligne la Préfecture de police des îles Baléares auprès de l’EFE. Les deux individus auraient aidé les trois fugitifs interpellés à se cacher.


Le 5 novembre dernier, un Airbus A320 de la compagnie marocaine Air Arabia reliant Casablanca à Istanbul avait dû atterrir d’urgence à Palma de Majorque, en raison d’une apparente urgence médicale, l’un des passagers déclarant souffrir d’un coma diabétique. Une fois l’avion posé au sol, plus d’une vingtaine de passagers s’était alors enfuis pendant l’évacuation du prétendu malade.


Les autorités espagnoles avaient alors fait savoir quelques heures plus tard qu’il s’agissait d’un coup monté, le passager ayant simulé un malaise dans le but de faire atterrir l’avion et de faire rentrer illégalement en Espagne plusieurs passagers du vol. L’opération avait été entièrement planifiée via le groupe Facebook marocain Brooklyn, de l’achat des billets au malaise simulé.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct