logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
13.03.2022 à 12 H 53 • Mis à jour le 13.03.2022 à 12 H 54 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Céréales

Guerre Ukraine-Russie: au Maroc, une baisse de 6,2 % prévue pour les importations de blé

Selon l'Institut allemand Kiel, l'Afrique pourrait être directement touchée par la perte des exportations de céréales ukrainiennes, en raison du confit qui touche le pays de Zelensky depuis près de deux semaines, apprend-on de leur récent rapport, publié ce vendredi.


« La guerre en Ukraine pourrait considérablement aggraver l'offre de céréales utilisées dans la production alimentaire dans les pays africains, rendant les aliments plus chers si l'Ukraine cesse d'être un fournisseur de céréales », affirment les auteurs du rapport.


Les importations de céréales seraient nettement plus faibles dans des pays comme le Cameroun, qui connaitra une baisse de 14 %, en Algérie et en Libye (-9,6 %, agrégés dans le modèle commercial). Les importations de blé diminueraient de manière significative en Éthiopie (-9,6 %), au Kenya (-7,9 %), en Ouganda (-7,1 %), au Maroc (-6,2 %) et au Mozambique (-6 %).


Dans un Policy Brief, le think tank Policy Center for the New South (PCNS) avait évalué l'impact que le conflit russo-ukrainien pourrait avoir sur certains pays africains, notamment le Maroc. Dans leur rapport, ils rappellent que l'Ukraine représenté 10 % des exportations mondiales de blé, 10 % d'exportations d'huiles végétales et de graines oléagineuses.


Cette hausse viendra allonger la liste des produits de base dont les prix ont augmenté au Maroc ces derniers mois, ce qui a mené à quelques accrocs et manifestations dans le royaume, comme à Kenitra.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct