En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
18.01.2019 à 17 H 53 • Mis à jour le 18.01.2019 à 19 H 22
Par
Communiqué

HRW et Amnesty appellent les autorités à renoncer à la dissolution de Racines

« Les autorités marocaines doivent immédiatement renoncer à leurs tentatives de dissolution du groupe culturel Racines, à la suite des commentaires critiques formulés par les invités lors d’un débat diffusé en ligne qu’il héberge », ont déclaré aujourd’hui Human Rights Watch et Amnesty International dans un communiqué conjoint.


Racines, une association basée à Casablanca, a été prise pour cible parce que son bureau avait été utilisé pour enregistrer un épisode de l’émission-débat ‘1 Dîner 2 Cons’  le 5 août 2018 qui a été posté sur YouTube le 24 août. Lors de l’émission, certains invités ont critiqué les discours et les politiques du roi Mohammed VI, dans un contexte de répression accrue des manifestations de rue par la police. L’épisode a été visionné plus d’un demi million de fois.


‘1 Dîner, 2 Cons’ est un talk-show diffusé sur YouTube, dans lequel les deux animateurs, décrits comme des « cons », invitent journalistes, artistes et autres à débattre avec discernement et sur un ton décalé, autour d’un dîner, d’un éventail de questions politiques et politiques et de sujets sociaux controversés. Il est diffusé depuis 2016. C’est la première fois que les autorités intentent une action en justice à son encontre.


« L’émission ‘1 Dîner 2 Cons’ est l’un des rares espaces laissés libres pour un discours non censuré au Maroc », a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Human Rights Watch. « En demandant la dissolution de l’organisation qui l’a hébergé, les autorités envoient un message sinistre aux rangs de plus en plus faibles de journalistes et de commentateurs critiques au Maroc, et ce message est ‘Tais-toi’. »


Le 9 octobre, le gouverneur de Casablanca-Anfa, haut responsable du ministère de l’Intérieur, a écrit au procureur général de Casablanca pour demander la dissolution de Racines au motif que le groupe avait « organisé une activité comprenant des entretiens entrecoupés d’infractions manifestes envers les institutions. (… Et dans lesquelles) des opinions politiques très éloignées des buts pour lesquels l’association a été créée ont été exprimées. » La lettre du gouverneur fait référence à l’épisode de ‘1 Dîner 2 Cons’  enregistré le 5 août. Le procureur général a saisi le tribunal le 13 novembre, afin de dissoudre Racines pour les motifs soulevés par la lettre du gouverneur.


Racines n’était ni l’organisateur de ‘1 Dîner 2 Cons’ ni la soirée qui avait diffusé l’émission enregistrée sur YouTube. L’émission n’a pas été postée sur le site Web du groupe ni sur sa chaîne YouTube. « L’association a simplement offert son bureau de Casablanca comme lieu d’enregistrement du spectacle, à la demande de ses créateurs et animateurs, les journalistes Amine Belghazi et Youssef El Mouedden », a déclaré à Human Rights Watch, le président de Racines, Raymond Benhaim. Le 26 décembre, le tribunal s’est prononcé en faveur du procureur et a ordonné la dissolution de Racines. Le groupe a publié le 15 janvier un communiqué de presse dans lequel il annonçait sa décision de faire appel.


« La décision de dissoudre Racines est un coup flagrant destiné à intimider les critiques au silence. Nul ne devrait être puni pour avoir exprimé pacifiquement ses opinions ou pour avoir critiqué des institutions. Si les autorités marocaines sont sérieuses au sujet de leur engagement constitutionnel et international à garantir la liberté d’expression et d’association, toutes les tentatives de fermeture de Racines devraient immédiatement être abandonnées », a déclaré Heba Morayef, directrice du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord chez Amnesty International.


Dans son jugement écrit, le tribunal de première instance a cité l’article 36 de la loi sur les associations, qui stipulait que « toute association exerçant une activité autre que celles prévues par ses statuts peut être dissoute ». En citant des statuts définissant les objectifs de l’association, notamment « permettre l’accès à la culture, établir une politique culturelle au Maroc et organiser des manifestations culturelles », le tribunal semblait impliquer qu’organiser une émission comme ‘1 Dîner 2 Cons’  débordait du cadre de ses objectifs. Cependant, les statuts de Racines de 2015 incluent « l’activisme pour la liberté d’expression » parmi ses objectifs. Ses statuts mis à jour en 2018 ajoutent qu’une partie de la mission de Racines est de mettre en œuvre des « débats (…) concernant la liberté d’expression ».


« Les associations devraient être libres de déterminer leurs statuts et leurs activités et de prendre des décisions sans ingérence de la part de l’État. Les règles régissant les organisations ne doivent pas servir de prétexte pour supprimer l’exercice de droits fondamentaux tels que les droits à la liberté d’expression, de réunion pacifique et d’association », ont déclaré Human Rights Watch et Amnesty International.

Revenir au direct