S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
08.12.2023 à 09 H 53 • Mis à jour le 08.12.2023 à 09 H 53 • Temps de lecture : 2 minutes
Par
Céréales

Importations de blé: l’ONICL fixe la prime forfaitaire de 28,75 dh/q pour décembre

L’Office national des céréales et des légumineuses (ONICL) a fixé la prime forfaitaire allouée aux importations de blé tendre réalisées au cours du mois de décembre à 28,75 dirhams par quintal (DH/QL). Ainsi, les quantités de cette céréale importées durant ce mois, dans le cadre du programme d’importation lancé dès octobre et qui concerne 20 millions de quintaux (Mqx) bénéficieront de cette prime.


Selon le nouveau système de calcul de cette prime, entré en vigueur en août dernier, le montant de la prime forfaitaire est calculé chaque mois en se basant sur les types de blé. Le prix de revient moyen pris en compte pour le calcul de la prime correspond à la moyenne des deux origines présentant les coûts les plus bas parmi les origines suivantes : Allemagne, Argentine, France, et États-Unis, à condition que l'écart entre les prix de revient des deux origines les plus bas ne dépasse pas 30 DH/q. Si cet écart dépasse ce seuil, le prix de revient moyen retenu pour le calcul de la prime forfaitaire correspond à la moyenne mensuelle du prix de revient de l'origine la plus basse, majorée de 15 DH/QL. L'objectif de cette subvention est de garantir l'approvisionnement du marché tout en assurant la stabilité des prix au niveau national.


Dans le même objectif, et compte tenu du déclin de la production nationale, l’ONICL avait annoncé à la fin de novembre dernier la reconduction du système de restitution à l’importation de blé tendre jusqu’au 30 avril 2024, pour l’importation de 25 millions de quintaux en plus des 20 millions de quintaux prévus d'ici la fin de l’année. Pour rappel, malgré une amélioration prévue par rapport à 2022, la campagne céréalière au Maroc continuait de subir en 2023 les effets du manque de pluviométrie. Selon les prévisions de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), la production se maintiendrait bien en deçà de la moyenne, soit environ 5 millions de tonnes.


Pour compenser cette diminution de la production nationale, le Maroc avait annoncé des ajustements aux subventions aux importations de blé afin d'encourager les entreprises à importer davantage de blé d'autres marchés. Dans le même objectif de diversification des sources d'approvisionnement, des discussions ont été entamées par les opérateurs marocains avec les exportateurs ukrainiens et russes, visant à accroître les quantités de blé importées et à garantir les meilleures conditions d'importation, que ce soit en termes de prix ou de qualité, comme l'a expliqué au Desk Omar Yacoubi, président de la Fédération nationale des négociants en céréales et légumineuses (FNCL).

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct